Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Srimad-Bhagavatam

Les candidats pour l'enfer
 

Quatre formes d'activités karmiques ou pécheresses, qui conduisent en enfer : (en haut à gauche) le sexe illicite; (haut à droite) l'intoxication; (en bas à gauche) la consommation de chair animale; (en bas à droite) les jeux de hasard.

Quatre formes d'activités karmiques ou pécheresses, qui conduisent en enfer : (en haut à gauche) le sexe illicite; (haut à droite) l'intoxication; (en bas à gauche) la consommation de chair animale; (en bas à droite) les jeux de hasard.

 

Dans "Histoire d'une mort terrifiante" on a pu lire l'histoire, trés émouvante et captivante, de la mort du père de Subhanga devi, qui durant sa vie "d'honnête citoyen", s'était adonné, comme des milliers d'hommes actuellement,  à différentes activités pécheresses, et qui sans l'aide de sa fille exceptionnelle, à l'instant de sa mort, aurait eu à souffrir aux mains des Yamadutas, les agents de l'enfer, les punitions infligées sur les planètes infernales. 

Les textes qui suivent , extraits du Srimad -Bhagavatam, sont trés appropriés et  forts instructifs, car après avoir lu une telle histoire, la réaction immédiate, logique, devrait être de se demander : " Quels sont les risques, pour moi-même et pour les autres,  de connaître aussi la visite des Yamadutas au moment de la mort? "  ; autrement dit: "Quels sont les critères d'éligibilité aux punitions de l'enfer (des planètes infernales) ?". Et les versets suivants extraits du Srimad-Bhagavatam, 6ème chant, répondent précisément à ces questions primordiales.

Il faut resituer le contexte pour mieux comprendre ces deux versets ainsi que les teneurs et portées de Srila Prabhupada: 

"Les Yamadutas, les agents de Yamaraja, le déva de la mort, viennent, comme c'est leur devoir, chercher Ajamila, un homme qui a, durant sa vie, accompli de nombreuses actions coupables ou pécheresses, pour l'amener aux planètes infernales afin d'y subir le résultat de ses actions pécheresses. Mais au moment de le capturer sur son lit de mort, Ajamila s'écrit " Narayana !". Bien qu'en prononçant ce nom Ajamila voulu s'adresser à son fils plutôt qu'au Seigneur Suprême, le Nom de Dieu étant de nature absolu, il est immédiatement absou de toute punition aux mains des agents de Yamaraja, les Yamadutas. Et les Visnudutas, les agents de Visnu, arrivent immédiatement sur le lieu pour arracher Ajamila des mains des Yamadutas. (voir illustration de gauche ) Ceux-ci , contrariés dans leurs efforts, décident d'aller voir leur maître, Yamaraja, le déva de la mort, afin de lui demander quelques explications sur cette intervention des Visnudutas, osant s'opposer à  leur intervention, à priori, tout à fait l'égitime. (voir illustration de droite)."

Cet entretien entre Yamaraja et les Yamadutas est passionnant (vous pouvez le lire en entier au chapitre 3 du 6 ème chant du Srimad-Bhagavatam ) et les deux versets suivants, qui nous concernent plus particulièrement ici, répondent donc à la question mentionnée précédemment : "Qui est  susceptible d' être conduit devant Yamaraja afin de répondre de ses activités coupables?"

 


Quels sont les candidats pour l'enfer?


Le Srīmad Bhāgavatam  


 

par Sa Divine Grâce
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada

undefined
  Sixième Chant 
"Les devoirs assignés 
à l'humanité"
   

__________________
Troisième Chapitre:
"Yamaraja instruit ses messagers" 
Verset 28 
Les candidats à l'enfer
__________________

 

Les paramahamsas sont des êtres exceptionnels qui n'ont aucun goût pour la jouissance matérielle et qui boivent le miel des pieds pareils-au-lotus du Seigneur. Mes chers serviteurs, ne conduisez devant moi pour que je les châtie que les personnes à qui répugne le goût de ce miel, celles qui ne recherchent pas la compagnie des paramahamsas et qui restent attachées à la vie de famille et aux plaisirs de ce monde, ceci formant le chemin direct vers l'enfer.                


                                               TENEUR ET PORTEE


Après avoir prévenu les Yamadutas de ne pas s'approcher des bhaktas, Yamaraja leur indique maintenant qui doit être conduit devant lui. Il recommande tout particulièrement aux Yamadutas de lui amener les matérialistes attachés à la vie de famille en vue de jouir des plaisirs de la chair. Le Srimad-Bhagavatam le dit bien: yan maithunadi-grhamedhi-sukham hi tuccham —les gens s'attachent à la vie de famille simplement pour les plaisirs sexuels ( SB 7.9.45 ). Leurs occupations matérielles leur causent toutes sortes de problèmes et leur seul bonheur vient de ce qu'après avoir peiné tout le jour, ils peuvent, la nuit venue, se livrer aux plaisirs de la chair et dormir. Le Srimad-Bhagavatam (2.1.3) dit à ce propos: nidraya hriyate naktam vyavayena ca va vayah —la nuit, les chefs de famille matérialistes dorment ou se livrent aux plaisirs de la chair; diva carthehaya rajan kutumba-bharenena va —le jour, ils s'affairent à trouver de l'argent, et s'ils en obtiennent, ils le dépensent pour subvenir aux besoins de leur famille. Yamaraja recommande spécialement à ses serviteurs de lui amener cette sorte de personnes pour qu'il les punisse, et non pas les bhaktas qui se délectent sans cesse du miel des pieds pareils-au-lotus du Seigneur, qui se montrent impartiaux envers tous et qui s'efforcent de prêcher la Conscience de Krsna du fait qu'ils sont en sympathie avec tous les êtres. Les bhaktas ne méritent pas d'être châtiés par Yamaraja, mais pour ce qui est des personnes ne possédant aucune information sur la Conscience de Krsna, elles ne sauraient être protégées par leur existence matérielle, fondée sur les plaisirs illusoires de la vie de famille. Le Srimad-Bhagavatam (2.1.4) enseigne à ce propos:

dehāpatya-kalatrādiṣv
ātma-sainyeṣv asatsv api
teṣāḿ pramatto nidhanaḿ
paśyann api na paśyati


Ces gens-là croient avec complaisance que leur nation, le cercle de leurs relations ou leur famille peuvent les protéger, ignorant que tous ces soldats faillibles seront anéantis tôt ou tard. Disons, en guise de conclusion, qu'il faut rechercher la compagnie des êtres absorbés jour et nuit dans le service de dévotion.


VERSET 29

 

                   jihvā na vakti bhagavad-guṇa-nāmadheyaḿ
                       cetaś ca na smarati tac-caraṇāravindam
                         kṛṣṇāya no namati yac-chira ekadāpi
                      tān ānayadhvam asato 'kṛta-viṣṇu-kṛtyān


                                                     TRADUCTION

Mes chers serviteurs, veuillez bien à n'amener devant moi que les pécheurs qui n'utilisent pas leur langue pour louer le Saint Nom et les Attributs de Krsna, qui ne laissent pas une seule fois entrer dans leur coeur le souvenir de Ses pieds pareils-au-lotus, et dont les têtes ne s'inclinent jamais devant Sri Krsna. Envoyez-moi ceux qui ne s'acquittent pas de leurs devoirs envers Visnu, les seuls devoirs véritables de l'homme. Oui, amenez-moi tous ces gredins dénués d'intelligence.


                                        TENEUR ET PORTEE
 

Les mots visnu-krtyan sont très importants dans ce verset, car la vie humaine a pour objet de satisfaire Sri Visnu. Le varnasrama-dharma est également destiné à cette fin; ainsi qu'il est écrit dans le Visnu Purana (3.8.9):

              varṇāśramācāravatā
             puruṣeṇa paraḥ pumān
 

            viṣṇur ārādhyate panthā
            nānyat tat-toṣa-kāraṇam


Les hommes doivent suivre strictement les principes du varnasrama-dharma qui divise la société selon l'occupation des individus (brahmanas, ksatriyas, vaisyas et sudras) et l'ordre spirituel auxquels ils appartiennent (brahmacarya, grhastha, vanaprastha et sannyasa). Le varnasrama-dharma rapproche facilement une personne de Visnu, lequel représente le seul véritable objectif pour l'homme.na te viduḥ svārtha-gatiḿ hi viṣṇuḿ (SB 7.5.31) : malheureusement, les gens ne savent pas que leur véritable intérêt consiste à retourner à Dieu dans leur demeure originelle, ou à entrer en contact avec Sri Visnu. durāśayā ye bahir-artha-māninaḥ: au contraire, ils sont simplement fourvoyés. Tout être humain est censé se livrer à des occupations qui le rapprochent de Visnu. C'est pourquoi Yamaraja demande aux Yamadutas de lui amener les personnes qui ont oublié leurs devoirs envers le Seigneur (akṛta-viṣṇu-kṛtyān). En d'autres termes, ceux qui ne chantent pas le Saint Nom de Visnu (Krsna), qui ne se prosternent pas devant Sa murti, et qui ne se rappellent pas Ses pieds pareils-au-lotus, ceux-là s'exposent à être punis par Yamaraja. En résumé, tous les avaisnavas (ceux qui ne se soucient pas de Visnu) sont susceptibles d'être punis par Yamaraja.

 

Les Visnudutas interviennent et empêchent les Yamadutas d'emmener Ajamila en Enfer Les Yamadutas demandent des explications à leur maître Yamaraja, le deva de la mort

Commenter cet article