Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Jagadananda

Election présidentielle; quelle place pour Dieu?
Réflexions, après l'élection présidentielle américaine




J'ai assisté à la télévision, comme des millions d'autres à travers le monde, à la cérémonie d'investiture de Barack Obama et une chose m'a particulièrement frappée: c'est la place tenue par la prière au sein de l'investiture. J'ai constaté que pas moins de trois fois au cours de la cérémonie d'investiture (deux fois au cours de la cérémonie proprement dite et une fois avant le déjeuner d'investiture) , le protocole a fait appel à la prière.


Je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir une certaine émotion à l'écoute du "So God help me" (Que Dieu me vienne en aide) qui concluait le serment du président.


Je n'ai pu m'empêcher également de comparer avec mon pays, la France, et une réflexion s'est imposée à moi avec force évidence : " Ce n'est pas en France que l'on verrait une telle chose !".


D'ailleurs, pour dire la vérité, ce n'est pas la seule fois que je me fais ce genre de réflexion: "en comparaison des Etats-Unis, la piété et la foi en Dieu de la république française brille par son absence" .


Il ne s'agit pas en disant cela de rentrer dans une sorte de "compétition pieuse" entre les Etats-Unis et la France, mais tout simplement de poser une réflexion grâve et préocupante : "Peut-on se poser en dirigeant et responsable du peuple d'un pays tout en ignorant magistralement la première autorité de ce pays, Dieu, le Seigneur Suprême ?!!"


Selon les Ecritures védiques le dirigeant d'un pays, fut-il roi ou président d'une démocratie moderne, a des obligations bien particulières à remplir vis-à-vis de Dieu. Il est sensé en tant qu'autorité suprême d'un pays représenter le Seigneur Suprême :


"Comme l'enseignent les Vedas (l'Isopanisad), le Seigneur est le maître de l'entière création cosmique manifestée, laquelle offre la possibilité aux âmes conditionnées de raviver leur relation éternelle avec Lui pour ensuite retourner dans Son royaume spirituel, en leur demeure originelle. L'ensemble de l'univers matériel a été conçu dans cette optique. Quiconque s'écarte de la voie ainsi tracée est puni selon les lois de la nature, lesquelles agissent sous la direction du Seigneur Suprême. Maharaja Yudhisthira fut donc installé sur le trône de la Terre en tant que représentant du Seigneur. D'ailleurs, le roi doit toujours représenter le Seigneur. Pour que la monarchie soit parfaite (ou tout autre système de gouvernance d'un pays) , elle doit représenter la volonté suprême du Seigneur, et selon ce critère ultime, Maharaja Yudhisthira incarnait le monarque idéal. Ensemble, le roi et ses sujets se trouvaient heureux dans l'accomplissement de leur devoir en ce monde; ainsi, pendant le règne de Maharaja Yudhisthira et de ses dignes descendants, tel Maharaja Pariksit, les citoyens étaient protégés et jouissaient des plaisirs d'une vie naturelle, avec l'entière coopération de la nature matérielle."
                ( Srimad Bhagavatam 3.3.18)

 
Comme l'explique cette teneur et portée du Srimad Bhagavatam de Srila Prabhupada, lorsque le dirigeant d'un pays a réellement conscience de la position et de l'autorité suprêmes du Seigneur, et s'efforce en conséquence de suivre et de faire appliquer Ses instructions, les citoyens sont alors protégés et jouissent d'une vie heureuse
avec l'entière coopération de la nature matérielle.


Dans un autre passage du Srimad-Bhagavatam, Srila Prabhupada nous informe quel est le premier devoir d'un état: veiller à la satisfaction du Seigneur Suprême. La satisfaction des citoyens d'un pays dépend directement de la satisfaction du Seigneur Suprême. Il décrit le danger auquel s'expose une population dirigée par des leaders agnostiques ou athées, et incite fortement les peuples à adopter la conscience de Krishna s'ils désirent véritablement être heureux:


"...tous les êtres vivants - qu'ils habitent la terre ou les autres planètes de l'univers - doivent satisfaire le Seigneur Suprême en s'acquittant de leurs devoirs respectifs (au sein du varnashrama dharma). Sa satisfaction nous permettra d'obtenir automatiquement tous les éléments indispensables à la vie, ce que confirment les Vedas: eko bahūnāḿ yo vidadhāti kāmān (Kaṭha Upaniṣad 2.2.13). Les Vedas nous permetttent de comprendre que le Seigneur pourvoit aux besoins de chacun. De fait, nous pouvons voir que les animaux inférieurs, les oiseaux et les abeilles, n'ont ni commerce ni profession; néanmoins, ils ne meurent pas de faim pour autant. Ils vivent tous en harmonie avec la nature, et les facilités requises pour qu'ils puissent manger, dormir, s'accoupler et se défendre - bref tous les éléments nécessaires à la vie - leur sont fournies.


Toutefois, l'humanité a inventé une forme de civilisation artificielle qui amène l'homme à oublier le lien particulier qui l'unit au Seigneur Suprême. La société moderne favorise même l'oubli de la grâce et de la miséricorde du Seigneur. En conséquence, l'homme civilisé d'aujourd'hui est toujours malheureux et se trouve constamment dans le besoin. Les gens ignorent le but ultime de la vie humaine, qui consiste à établir un lien avec Sri Visnu et à Le satisfaire. L'homme a adopté ce mode de vie matérialiste qu'il estime être la seule réalité, et s'est laissé séduire par lui. En fait, les dirigeants encouragent sans cesse le peuple à continuer dans cette voie, et celui-ci, ignorant les lois de Dieu, laisse ces chefs aveugles le mener tout droit au malheur *. Afin de redresser cette situation quasi générale, tous les peuples de la Terre devraient être éduqués dans la Conscience de Krishna et agir conformément à l'institution du varnashrama. L'Etat devrait également s'assurer que tous oeuvrent à la satisfaction du Seigneur Suprême. Voilà le premier devoir de l'Etat. Le Mouvement pour la Conscience de Krishna fut fondé afin de convaincre les hommes en général d'adopter la voie parfaite permettant de satisfaire le Seigneur, et de résoudre ainsi tous les problèmes."


Que Dieu vous vienne en aide Monsieur Obama !

 

Hare Krishna!

 

 

* On voit combien ces propos du Bhagavatam sont prémonitoires: la crise financière actuelle n'est rien de moins que la conséquence d'une gestion désastreuse concoctée par des dirigeants aveugles conduisant tout droit leurs peuples au malheur .

Commenter cet article