Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par BBT

Christ et Krishna




 




Srila Prabhupada fait ici l'éloge de Jésus-Christ en soulignant sa tolérance et sa compassion, qui sont les qualités inhérentes à un pur dévot de Krishna. Il dénonce également l'ingratitude des chrétiens de notre siècle.



Selon le Srimad Bhagavatam, un véritable apôtre de la conscience de Dieu doit faire preuve de tolérance et de compassion. Ces vertus, le Seigneur Jésus-Christ les manifesta toutes deux: si grande était sa tolérance que même durant son supplice, il ne condamna personne, et si grande sa compassion qu'il implorait Dieu de pardonner à ceux qui voulaient le tuer. Certes, ils ne pouvaient pas vraiment le mettre à mort, mais eux s'imaginaient le contraire, et commettaient ainsi une grande offense. Et alors même qu'on le crucifiait, Jésus-Christ priait encore: "Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu'ils font."

Celui qui accepte la mission de raviver la conscience de Dieu en ce monde se fait l'ami de tous les êtres vivants. Ce qu'illustra le Christ de manière exemplaire à travers le suivant commandement: "Tu ne tueras point". Pourtant les chrétiens interprètent volontiers cette injonction. Estimant que les animaux n'ont pas d'âme, ils se croient libres de massacrer des milliers d'êtres innocents dans les abattoirs. Ainsi, malgré la pléthore de prétendus chrétiens, il serait très difficile d'en trouver un seul qui applique à la lettre les injonctions du Christ.




Un pur dévot du Seigneur souffre du malheur d'autrui. Voilà pourquoi Jésus-Christ accepta d'être crucifié -il voulait soulager les hommes de leurs souffrances. Mais ses disciples font preuve d'une telle perfidie qu'ils se sont accordés pour dire, "laissons le Christ souffrir pour nous et continuons de pécher", et ils pensent en eux-mêmes: "Cher Jésus-Christ, nous sommes trop faibles pour renoncer au péché. Continue donc, nous t'en prions, de souffrir pour nous." C'est dire combien ils l'aiment...


Jésus a enseigné: "Tu ne tueras point" mais ses disciples ont maintenant résolu de passer outre: Ils ouvrent de grands abattoirs ultramodernes et perfectionnés et odieusement ils en viennent à dire: "De toute manière, si jamais c'est un péché, le Christ souffrira pour nous." Jésus-Christ peut effectivement racheter de sa personne les actes pécheurs que ses disciples avaient commis, mais ceux-ci doivent se montrer raisonnables, sincères: "Pourquoi Jésus-Christ souffrirait-il encore pour mes péchés? Je dois absolument y mettre fin."

Prenons le cas d'un homme -très cher à son père- qui commettrait un meurtre et dirait: "Si jamais on veut me punir, mon père paiera à ma place." Quand on l'arrête, il a beau dire: "Non, non, relâchez-moi et arrêtez mon père, il ferait tout pour son fils bien aimé", la police n'écoutera certainement pas cet insensé. C'est lui le coupable, mais il estime que son père doit être puni à sa place. Est-ce la un raisonnement sain? "Pas question, diront les policiers, c'est vous le coupable, c'est donc vous qui serez condamné." De même, vous devez souffrir personnellement pour vos actes coupables et non Jésus-Christ. C'est la justice de Dieu.


Jésus-Christ était un personnage des plus magnanimes, le fils de Dieu lui-même, Son envoyé sur terre. Irréprochable, il ne voulait que répandre l'amour de Dieu mais en retour les hommes l'ont crucifié. Quelle ingratitude! Ils n'ont pas été capables d'apprécier son message. Quoi qu'il en soit, il jouit de notre estime, et nous l'honorons comme l'envoyé de Dieu.

Certes, il a transmis un message qui tenait compte des circonstances particulières de temps et de lieu et qui convenait spécifiquement aux hommes auxquels il s'adressait. Mais il est sans aucun doute un authentique représentant de Dieu sur terre, et à ce titre nous le vénérons et lui rendons notre hommage.

Un jour, à Melbourne, lors d'une entrevue, des prêtres chrétiens m'ont demandé comment je concevais le Christ. "C'est notre guru leur ai-je dit, il enseigne la conscience divine, nous le considérons donc comme notre maître spirituel." Ils ont beaucoup apprécié cette réponse.

En vérité, on doit respecter comme guru celui qui répand les gloires de Dieu, et Jésus-Christ appartient au nombre de ces êtres exceptionnels. Nul ne devrait voir en lui un homme quelconque. Les Ecritures affirment que celui qui considère ainsi le maître spirituel fait preuve d'une mentalité démoniaque. Aurait-il été un homme quelconque Jésus-Christ n'aurait pu répandre la conscience de Dieu.

          (Source: "Solutions pour un âge de fer" Edit: BBT)

 

Commenter cet article

Phil 28/03/2009 18:24

              Je viens de lire votre article et permettez moi de ne pas être d'accord . Jésus n'a rien à voir avec Krishna car IL EST DIEU FAIT HOMME . Pour moi tout ca c'est de la récup. Si Jésus avait eu à faire avec Krishna il en aurait parlé . Hors il n'y a aucune mention de votre Krishna dans le nouveau testament. Donc pour moi c'est clair y a rien entre Jésus et Krishna.           Bonne continuation !       ALLELUIA                Phil

Jagadananda 07/04/2009 17:40


Bonjour Phil,

Pourquoi vouloir rentrer dans une compétition  Jésus/ Krishna ? Où encore pire rentrer dans un esprit de polémique ? Jésus n'est pas venu dans un "esprit de compétition" avec Dieu et
encore moins de polémique avec Dieu ou Krishna . Le seigneur Jésus se considérait dans une position de serviteur par rapport à Dieu (et non pas comme Dieu Lui-même). Comme ces extraits
du Nouveau testament le montre trés bien:

"Le Père est plus grand que moi" 
           (Jean 14.28)

"Le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur." 
            (Marc 12.29)

"Père, je remets mon esprit entre Tes mains."
            (Luc 23.46)


"Pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne le sait, nil es anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul." 
           (Marc 13.32) 


Il est aussi dit de Jésus: 
"Voici Mon serviteur que J'ai choisi."
         (Matthieu 12.18)

"Dieu...a glorifié Son serviteur,  Jésus." 
         (Actes 3.13)
 
Tout ces extaits du Nouveau testament  et bien d'autres encore montrent bien que le seigneur Jésus était dans une relation (rasa dirait-on en terme védique) de serviteur
vis-à-vis de Dieu et ne se considérait d'aucune façon comme maître suprême ou Dieu. Comment aurait-il était question sinon de dévotion vis-à-vis de Dieu jusqu'au sacrifice ultime de donner sa vie
pour Lui ? Plus tard l'homme a inventer ce concept de "Dieu fait homme". Mais ce concept est purement imaginaire car jamais "Dieu ne se fait homme". Dieu est Dieu de toute
éternité et ne Le devient jamais. (Et certainement Jésus n'avait aucun désir de devenir Dieu (autrement dit dusurper la place de Son Père. Sa plus grande ambition était de
devenir Son serviteur parfait.) Et encore moins sous la forme d'un homme. Car dès que l'on parle d'homme il ne serait s'agir de Dieu. La personnalité du Seigneur n'a rien à voir avec
celle d'un homme ordinaire qui est elle bien imparfaite en comparaison. Si Jésus a été jusqu'au sacrifice suprême "donner sa vie pour le Père " c'est pour accomplir la volonté de Son
père: 

" Il (Jésus) disait : ' Abba... Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! "
         (Marc 14.36)


Si l'on cherche par là à "diviniser" Jésus on n'a pas besoin d'en faire Dieu car un  pur dévot de Dieu comme l'était Jésus et comme le souligne la tradition
védique, est aussi exalté, au niveau absolu, que Son maître (Son Dieu). Et ainsi pour être serviteur de Dieu, (ce n'est pas une chose si simple à obtenir) il faut acquérir la même qualité que le
Maître -au sens qualitatif bien sûr mais non pas quantitatif ce qui est impossible - Nous sommes tous en fait par rapport à Dieu en position de serviteur (Prakriti)  et le Seigneur Lui est le seul réel  Purusha (maître).  

Quant à mettre en avant l'argument selon lequel Krishna ne peut être le même Dieu dont parle le  seigneur Jésus pour la seule raison que Krishna n'est pas mentionné directement par Jésus
dans les Ecritures, on peut se souvenir que Jésus lui-même a dit qu'il n'avait pas tout révéler :

"J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter maintenant."
            (Jean 16.12)

Il est évident d'après ce verset que Jésus n'avait pas tout révélé à ses disciples car ceux-ci n'étaient pas encore suffisamment purs pour recevoir ou comprendre ce qu'Il avait encore à leur
enseigner. 

 
"Je vous ai dit tout cela en paraboles. L'heure vient où je ne vous parlerai pls en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père"
          ( Jean 16.25)


Pour finir cher Phil, il faut bien comprendre que Jésus n'a pas révélé beaucoup de choses sur le Père bien que dans sa grande miséricorde il nous ait introduit à Lui. Pourquoi ne pas essayer de
comprendre la tradition vaisnava
originelle de l'Inde pour essayer de comprendre ce Père, Krishna,  dont Jésus nous parle avec tant d'amour. Tel est l'enseignement ultime de Jésus Christ: 

"Maître, quel est le plus grand des commandements de la loi? Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée..."
             (Matthieu 22.36-40)

Cher Phil si vous vous donnez la peine d'étudier sérieusement et sans préjugé  la bhakti (science de la dévotion offerte à Dieu, Krishna) vous verrez que le service d'amour et de dévotion (le bhakti-yoga) est la véritable
façon d'accomplir ce merveilleux et premier commandement du seigneur Jésus Christ et de développer ainsi le pur amour de Dieu -la perfection de l'enseignement du seigneur Jésus
Christ. 

        AMEN , HARE KRISHNA

Cordialement
                        Jagadananda


Josiane 28/03/2009 18:03


Bonjour, Je suis d'origine chrétienne catholique et j'ai récemment été à votre temple à Montréal pour la fête du dimanche. J'ai lu votre article et je peux dire que je suis d'accord avec, en grande partie. J'ai depuis longtemps été intéressée par le végétarisme et c'est quelque chose que j'avais du mal à comprendre dans la chrétienté depuis longtemps. Comment peut-on manger de la chaire animale et se dire en même temps bon et compatissant avec ses frêres (et exclurent les animaux de nos frêres)? Je suis sensible au fait que votre fondateur Swami Prabhupada dit que si l'on se dit chrétien on doit suivre le commandement "Tu ne tueras point". Mais quand j'en parle avec mes parents (qui sont aussi chrétiens ) ils me disent que ce commandement est bon en relation avec les êtres humains et ne concernent pas les animaux. Ils disent alors que plusieurs passages de la Bible indiquent clairement que Dieu permettent que l'on mange de la viande. J'ai du mal, moi qui suis devenue déjà depuis quelques temps végétarienne à trouver les bons arguments pour défendre le végétarisme. Pourriez-vous m'aider svp? Merci. Hare Krishna Josiane (Montréal)

Jagadananda 29/03/2009 19:25


Chère Josiane,

Merci pour votre commentaire ; veuillez trouver la réponse dans l'article que j'ai publié "TU NE TUERAS POINT ".

 Hare Krishna

             Jagadananda