Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par BBT


Srila Prabhupâda sans détours

image-2594.jpg


  Le monde matériel; un asile de fous!  


Stockholm septembre 1973, Srila Prabhupada converse avec le Dr. Christian Hauser, psychiatre.


Dr Hauser: Vous savez, j'avais rencontré James, un de vos disciples, lorsqu'il n'était pas encore parmi vous. Je dois dire qu'à cette époque, il n'avait pas encore trouvé quel sens donner à sa vie. Il était confus. Mais lorsque je l'ai revu hier, il m'a semblé épanoui et heureux; il est satisfait de sa nouvelle vie vouée à Dieu, cela fait énormément plaisir car je l'aime beaucoup.

Srila Prabhupada:  Oui, il est tout à fait naturel pour l'homme d'être conscient de Krishna. Un jeune enfant, par exemple, est naturellement conscient qu'il est le fils de son père ou de sa mère. C'est un sentiment spontané et naturel. Un homme peut temporairement être atteint de folie, mais retrouver trés vite la raison et reconnaître qu'il est le fils de telle personne, appartenant à telle famille. De même, l'être vivant, l'âme spirituelle sombre dans un état de démence dès qu'il est en contact de l'énergie matérielle. Nous sommes tous des parties intégrantes de Krishna et notre conscience de Krishna originelle ne peut en aucun cas s'altérer, mais, depuis que nous sommes en ce monde, nous avons oublié la relation éternelle qui nous unit à Lui. Voilà en quoi réside notre folie. Vous qui êtes psychiatre, vous savez très bien que chaque homme en ce monde est plus ou moins fou.

Dr Hauser: Ou du moins, il a en lui les germes de la folie.

Srila Prabhupada:Il existe un poème bengali qui dit "pisace paile jana mote channa haya mayara grasta jivera sei dasa upajaya": 'Tout individu résidant en ce monde, agit comme s'il était hanté par un fantôme'. Avez-vous déjà rencontré dans votre carrière des personnes sous influence, des personnes hantées par des fantômes?

Dr Hauser: Oh, oui! C'est souvent un symptôme de psychose où le malade se sent persécuté par des "forces extérieures".

Srila Prabhupada: Tout à fait. Il s'agit bien de "forces extérieures". Notre concept matériel de l'existence ressemble en tous points au fait d'être possédé par de telles forces. C'est de la folie. "Je suis Chrétien, je suis Hindou, je suis Musulman, je suis Anglais, je suis Allemand". Etre convaincu de tous ces concepts est comparable au fait d'être hanté. C'est de la folie...car l'âme est pure. Asango yam purusah: l'âme spirituelle pure n'a aucun lien avec toutes les étiquettes qui sont attribuées au corps. En rêve, nous voyons par exemple de nombreuses choses qui nous sont étrangères. Ces rêves occupent nos nuits, et ce n'est qu'au réveil qu'on les prend pour ce qu'ils sont. Mais hélas, une fois éveillés, nous sombrons de nouveau dans le rêve pour toute la journée en pensant: "Je suis ceci, je suis cela, je suis blanc, je suis noir et ainsi de suite..." Lors de nos rêves nocturnes, nous nous retrouvons dans certaines situations, oubliant tout de la journée. De même, pendant la journée, nous oublions tout de la nuit. Mais en fait, nous divaguons simplement dans un autre rêve.

Lorsque nous nous réveillons de nos rêves nocturnes, nous les oublions et les voyons pour ce qu'ils sont, un rêve éphémère, une situation temporaire. Mais ce qui nous arrive dans la journée est aussi temporaire, il s'agit également d'un rêve. Nous devons connaître ce qui est réel et permanent: "l'âme spirituelle que nous sommes observe toutes ces situations matérielles temporaires qu'elle traverse aussi bien le jour que la nuit".

La principale difficulté tient au fait qu'un seul de ces rêves est reconnu par la plupart d'entre nous. Mais le problême, en ce qui nous concerne, c'est que nous croyons rêver que la nuit et sommes convaincus que notre rêve du jour est la réalité permanente. Lorsqu'une personne prend ses rêves pour des réalités, vous la traitez, n'est-ce-pas?

Dr Hauser: Oui.

Srila Prabhupada: Ainsi pour des raisons pratiques, celui qui est en contact avec l'énergie matérielle temporaire est considéré comme fou. Notre but est de le sortir de son état insensé de "réveur". Voilà en quoi consiste notre Mouvement pour la Conscience de Krishna.

Dr Hauser:  Mais s'arrête-t-il vraiment de rêver? En d'autres termes, peut-on réellement s'arrêter de rêver?

Srila Prabhupada: Oui, dans le sens où nous le comprenons: l'âme ne s'identifie plus à ce qui ne représente pas sa condition éternelle, car elle se sait séparée de cet état de rêve. Ainsi, lorsque nous réalisons que nous ne sommes qu'observateurs et non acteurs, dans le rêve, nous pouvons nous considérer guéris.

Dr Hauser: Mais nos rêves de la nuit ont aussi une autre fonction.

Srila Prabhupada:Non, là n'est pas notre propos. Que l'on rêve pendant la nuit ou pendant le jour, on se retrouve dans la même situation illusoire et superficielle. Les deux états de rêve ne se distinguent que par leur durée: quelques minutes pendant la nuit et quelques heures pendant la journée.

Si au cours de la journée vous croyez être Anglais, Français, Hindou, Chrétien, etc..; vous continuez à rêver. Vous n'avez rien à voir avec toutes ces étiquettes, pas plus que vous ne faites réellement partie de vos rêves pendant la nuit. C'est la folie qui nous fait croire en la réalité de nos rêves de jour. Mais aucun d'entre eux n'est vraiment réel. Une fois de plus, "Sarvopadhi-vinirmuktam tat-paratvena nirmalam": si je veux être sain d'esprit, je dois me libérer complètement de tout concept illusoire qui ressemble à du rêve.

Par exemple, je peux me voir devenir roi, ou directeur d'usine, mais il n'en est rien dans la réalité. Ce ne sont que des rêves. C'est la même chose si, au cours de ma journée, je me crois russe, africain, ceci, ou cela. Je suis également en train de rêver.

En vérité, je suis une âme spirituelle, partie intégrante de Dieu, et ma véritable nature, mon véritable devoir, est de Le servir et de Le glorifier. C'est trés simple. Il est donc nécessaire de sortir de notre état de rêve, de s'affranchir de toute sorte de fausses dénominations, si l'on souhaite retrouver la raison. .

Dr Hauser: Mais certaines de ces fausses dénominations sont également nécessaires au bon fonctionnement de la société.

Srila Prabhupada:Oui, cette société est également fausse.

          
                        suite...
Deuxième Partie:  


 

Commenter cet article