Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Jagadananda


 Bon anniversaire l'ISKCON!

 

LodwdgM-copie-1.jpg

 

L"ISKCON ( le Mouvement Internationale pour la Conscience de Krishna ) célèbrera ses 40 ans d'existence le 19 juillet prochain. On ne pouvait certainement pas laisser  passer cet évènement et manquer l'occasion de se réjouir de l'existence d'un tel mouvement au coeur de la société matérialiste moderne et de le glorifier.  Mais c'est aussi l'occasion importante de se poser et de faire un bilan du mouvement par rapport à ces 40 années écoulées depuis sa création en 1966 à New York par Srila Prabhupada.             


  Quatrième Partie:  


 ISKCON-historique;
 


 La période des "zonal-acaryas" (des gurus-zonals):



( suite )


Après avoir dressé la scène des "11 élus" et  on est en mesure maintenant de reparler de la question initiale des "zonal-acaryas" (les acaryas ou gurus zonals), ce pourquoi nous nous sommes donnés la peine d'expliquer ce qui précède.

Lorsque les 11 ont été désignés par Prabhupada en 1977,  ils l'ont été de  façon logique et naturelle car ils assumaient déjà tous une fonction de responsabilité et de direction, et en tant que tel, lorsqu'il était question de recommander un nouveau bhakta à Prabhupada pour l'initiation, la plupart du temps c'est à travers eux que l'on passait. Mais l'organisation de l'ISKCON a alors commise l'erreur grave de penser que ces 11 désignés par Prabhupada, l'étaient parce qu'ils devaient être les maîtres spirituels élus pour lui succéder à la tête du mouvement. Peut être aussi, que Bhagavan et quelques autres, rêvaient secrêtement  de puissance et  de suprématie, et dans ce sens, ont fait pression sur les autres GBC pour  officialiser  leurs autorités. Je me souviens, à ce propos que trés peu de temps après la disparition de Prabhupada (peut-être en 78), les GBC ont fait circuler à travers l'ISKCON, un imprimé dans lequel ils annoncaient de façon solennelle la désignation des "onzes successeurs". Cet imprimé annonçait  qu'ils devaient être reconnus à présent comme tels par tous les membres de l'ISKCON. Et, à cet instant on pouvait dire que malheureusement concernant l'organisation décisionnelle de l'ISKCON, l'autorité des onzes gurus-acarya avait pris le pas sur celle des GBC dans leur globalité. Mais d'où venait réellement ce concept? Il tirait son inspiration d'une visite qu'avait fait la plupart des onze à Sridhara Maharaja de  la Gaudiya Matha.


Une visite à Sridhara Swami déterminante:


Srila Prabhupada a toujours mis en garde ses disciples de ne pas fréquenter intimement la Gaudiya Matha.

La Gaudiya Matha est le nom de l'institution qu'a fondé Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati, et qui s'est disloquée après son départ en 1937, alors qu'il avait donné l'instruction à ses disciples de coopérer ensembles sous l'égide d'un comité directeur (voir teneur et portée de Srila Prabhupada dans le Caitanya Caritamrita Adi 12.8). Ainsi, on désigne sous ce nom à l'heure actuelle, au sens général, les différentes mathas (temples, monastères) qui ont surgi à la suite de la dislocation de la Gaudiya Matha de Bhaktisiddhanta, résultant des conflits sérieux internes qui ont  opposé ses membres entre eux au moment du départ de Srila Bhaktisiddhanta. Ces conflits avaient pour objet d'obtenir la suprématie pour devenir le successeur qui gouvernerait le mouvement originel créé par Bhaktisiddhanta. Comme on l'a dit précedemment, ce conflit n'avait aucune raison d'être car Srila Bhaktisiddhanta, tout comme Srila Prabhupada, n'avait pas désigné de successeur particulier ou d'Acharya unique pour lui succéder, mais voulait plutôt, comme Prabhupada, qu'ils collaborent ensemble sous l'égide d'un comité directeur comme autorité décisionnelle pour tous (voir teneur et portée du Chaitanya Charitamrta Adi 12.8). Mais cela ne s'est pas passé ainsi, contrairement à l'ISKCON qui, grâce à Dieu, continue encore aujourd'hui à accomplir le désir de Srila Prabhupada, le fondateur-Acarya,  dans le sens qu'elle reste toujours chapeautée par les GBC même après le départ de Prabhupada.
 


"Tout est dans mes livres et je vous ai donné l'ISKCON, il n'est nul besoin d'aller voir ailleurs."    ~~   Srila Prabhupada ~~                       



Ce  conflit qui ravageait à l'époque la Gaudiya Matha Srila Prabhupada préféra ne pas y participer, s'efforçant plutôt, dans le même temps, d'accomplir le souhait le plus cher de son maître spirituel, Srila Bhaktisiddhanta Sarasvati, de Bhaktivinoda Thakura et de Sri Chaitanya Mahaprabhu ; répandre la conscience de Krishna au monde entier. Cela n'est peut être pas trés plaisant et agréable à dire, mais comme l'a mentionné plusieurs fois Srila Prabhupada, ses frêres en Dieu, sont souvent trés envieux de lui. 

 

B6RS847-b.jpg 

En effet,  Srila Prabhupada a rencontré un succés colossal dans sa prédication mondiale, et est reconnu par des milliers de dévots en Inde et dans le monde, comme étant le grand successeur  de Srila Bhaktisiddhanta dans la lignée de la parampara, alors que eux revendiquent dans le même temps, une position d' "Acarya-fondateur" mais dans un petit temple ou ashram beaucoup plus limité de l'Inde, ou même dans quelques centres dans le monde, mais sans commune mesure avec l'ISKCON. Une des marques d'envie est qu'ils lui dénient souvent le droit au titre honorifique de Prabhupada et disent que ce titre devrait être réservé uniquement à Srila Bhaktisiddhanta. Par exemple Narayana Maharaja en parlant de Prabhupada dit "swami maharaja".
 


 "Ne fréquentez pas la Gaudiya-Matha"(et ses dérivés)

Pourquoi Srila Prabhupada a demandé maintes fois à ses disciples d'éviter de fréquenter intimement la Gaudiya Matha? D'abord, tout simplement, parce que Prabhupada a dit et répété qu'il nous avait tout donné et qu'il n'y avait, par conséquent, pas de raison d'aller voir ailleurs. Donc, en premier lieu, par esprit de chasteté vis à vis du maître spirituel, et ensuite, pour ne pas courir le risque d'installer la confusion dans sa tête. D'ailleurs on le voit bien, à l'heure actuelle, avec Narayana Maharaja, tous les disciples et adeptes de Prabhupada finissent tellement par être confus en frêquentant Narayana Maharaja, qu'ils en viennent à perdre la foi dans les instructions de Srila Prabhupada, ou, tout du moins, à relativiser celles-ci. Ainsi, ils en viennent à considérer Prabhupada comme un bon guru mais sans plus, et son institution  l'ISKCON comme stagnante et inférieure au mouvement de Narayana Maharaja, parce que selon eux, dispensant une connaissance trop axée sur les aspects primaires de la connaissance de Krishna ou de la bhakti (alors que eux, en contre-partie, se font les apôtres de la "pure bhakti").

    Mais revenons à notre propos initial; la visite de plusieurs dévots parmi les onze, peut-être même tous, à Sridhara Maharaja de la Gaudiya Matha en 77-78, et les perturbations qu'y en ont résultées. Sridhara Maharaja est un disciple ainé de Srila Bhaktisiddhanta, trés érudit.  Peu de temps avant de quitter son corps, Srila Prabhupada avait mentionné aux dévots présents que, concernant les détails protocolaires entourant la cérémonie du jour de sa disparition et pour rien d'autre, ils pourraient aller consulter Sridhara Maharaja  qui les renseignerait sur ce point précis. 

Mais, outrepassant la mise en garde répétée de Srila Prabhupada, ils l'ont consulté  sur un théme aussi fondamental   et sensible que la constitution de l'ISKCON, dès après le départ de Prabhupada. C'est à cet instant là que Sridhara Maharaja leur a fait part du concept des zonals-acaryas (acaryas ou gurus de zone) qui devait selon lui, suivant ainsi sur les traces de la Gaudiya Matha d'après le départ de Srila Bhaktisiddhanta, s'installer dorénavant dans l'ISKCON. La conversation dans son intégralité a été enregistrée puis transcrite, et plus tard, portée à la connaissance du mouvement entier par l'intermédiaire de Jayapataka Maharaja.

Ce concept de "guru de zone protégée" vient donc originellement de la Gaudiya Matha, et plus particulièrement de Sridara Maharaja, et tout cela est assez logique, étant donné qu'après le départ de Srila Bhaktisiddhanta, ses disciples se sont ralliés à ce genre de système, individualiste et sectaire."Chacun chez soi et chasse gardée", c'était l'état d'esprit qui prédominait un peu partout dans les zones de l'ISKCON à cette époque, et surtout dans la zone de Bhagavan. Sridhara spécifiait bien dans la conversation qu'il fallait que chacun, selon lui, ait sa propre zone bien spécifique, sinon il y aurait, toujours selon lui, risque de conflits ou de confusion avec les autres gurus. A la suite de ce concept fermé de "l'acarya de zone",  chaque bhakta qui était un candidat potentiel à l'initiation deviendrait tout naturellement et automatiquement (donc, sans tenir compte du choix possible et légitime du candidat pour un autre guru!) le disciple du guru qui "régnait" sur la zone. J'ai mis le terme "régnait" pour soulignait les faiblesses évidentes d'un tel système qui semble, dans sa conception sectaire et dictatoriale, tenir plus de la monachie absolue version kali-yuga, que du vaisnavisme libre et ouvert tel que prêché par le Seigneur Chaitanya.

Avec cette conception de système à caractère sectaire, on était aux antipodes de la conception communautaire et unitaire que Prabhupada s'était évertué de créer et de préserver tout au long des années pour son ISKCON, dès l'instant de sa création (voir principe n°3  des buts de l'ISKCON  tels que défini par Prabhupada; créer un esprit communautaire chez les membres de l'ISKCON, et n°6; rassembler les membres de l'ISKCON...).

Heureusement, par la grâce de Krishna, ce type d'organisation de l'ISKCON, au moins dans sa forme la plus radicale, n'a pu durer que trés peu de temps, car trés rapidement, quelques uns parmi les supposés paramahamsas, ou purs dévots, ont brisé certains parmi les 4 principes régulateurs ou voeux d'initiation, principalement l'intoxication et le sexe illicite.


  L'origine du mouvement "ritvik"

 Puisque la raison  de cet article de "Retour à Krishna" est d'aborder, de façon résumée, à l'occasion du 40 ème anniversaire de l'ISKCON, l'historique du mouvement pendant les années d'après-Prabhupada, on ne pouvait pas parler du mouvement ritvik qui a causé tant de remous au sein du mouvement, et a amené finalement certains disciples et adeptes de Prabhupada a créer leurs propres mouvements dissidents. Ces mouvements sont certainement nés en réaction à la période d'instabilité et d'erreurs grossières et couteuses, perpétrées par les GBC et les gurus, tout de suite aprés  la disparition de Srila Prabhupada. 

 Pour expliquer clairement l'origine de la polémique entourant les dernières volontés de Srila Prabhupada, avant de quitter son corps, et qui a donné naissance au mouvement "ritvik", je reprendrai pour commencer un des paragraphes de la parution précédente concernant la série des "Bon  anniversaire l'ISKCON" soit la 3ème partie.

  Peu de temps avant de quitter ce monde, comme Srila Prabhupada était trés malade à Vrndavana  et prévoyant son éventuel départ,  il fit part à Tamala Krishna Goswami de sa volonté de pousuivre les initiations des nouveaux disciples à travers 11 représentants qui initieraient en son nom du fait que sa santé ne lui permettait plus de le faire lui-même. Ce qu'il appela initiation "ritvik" (littér. "prêtre"), c'est-à-dire que ceux qui initiaient  en qualité de simple prêtres officiants, n'initiaient pas les nouveaux disciples " pour eux" mais bien au nom de Srila Prabhupada.

Ce principe d'ailleurs n'était pas nouveau, et déjà durant la présence de Prabhupada à plusieurs occasions des ritvilks avaient initiés, bien qu'ils ignoraient que cela se nomma ainsi. Mais Prabhupada, sentant probablement qu'il ne resterait pas longtemps encore ici bas, voulut définir clairement les noms de ceux qui seraient habilités à le faire de son vivant. Mais, de plus, comme il apparaît clairement dans la conversation enregistrée avec TKG,  Prabhupada répond aux questions de TKG  à propos de la situation  après sa disparition. Et il précise à la question de TKG  sur les disciples initiés après "Seront-ils vos disciples ou leurs disciples?"  Réponse: -"Ils seront les disciples de Prabhupada (tant que l'initiation sera faite du temps du vivant de Prabhupada - car ainsi le veut l'étiquette vaisnava- ),  mais après, ils  deviendront les disciples des disciples de Prabhupada qui initieront".

   Arrivé là, je souhaiterais m'excuser car peut être certains trouvent ce sujet un peu rébarbatif.  Mais il est trés important  néammoins d'en parler, car ce terme de ritvik utilisé au moment de la conversation par Prabhupada a été repris par nombres d'adeptes  de cette théorie ( qu'on appelle "les ritviks" d'ailleurs) pour contester la validité de toutes les initiations données par les maîtres spirituels de l'ISKCON dés après le départ de Srila Prabhupada. Ils créent ainsi leurs propres initiations au cours desquelles un simple prêtre officie (et non un maître spirituel) qui est censé initier au nom de Prabhupada. Principe d'ailleurs, inventé par eux de toute pièce, car il n'existe dans toute la tradition vaisnavas millénaire rien de tel.  Toutefois, il faut  préciser que ce mouvement ritvik bien qu'ayant fait beaucoup de bruit et essayait de perturber l'ISKCON, reste assez limité dans son impact au sein de la communauté des dévots de Krishna à travers le monde entier.

    S'élevant contre ce mouvement ritvik, il est d'importance de comprendre que  Prabhupada, bien sûr, souhaitait qu'après son départ la parampara ne s'arrête pas à lui mais continue avec ses disciples qualifiés qui deviendraient gurus eux-mêmes. Ce que contestent les partisans de la théorie ritvik, qui ont concocté à partir de la fameuse conversation de Prabhupada, mentionnée plus haut, en coupant les cheveux en quatre, que cette conversation était la preuve que Prabhupada ne voulait pas que ses disciples initient leurs propres disciples, après son départ, mais qu'ils continuent à être ritviks pour toujours.

 

                                SUITE ET CONCLUSION  

Commenter cet article