Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Jagad

  Pouvoir tout réaliser  

   en même temps     



                       confusion.jpg              Chantez.PNG   

    



L'article récent et qui va suivre d'Anuttama prabhu concernant le fait de concillier ses obligations familiales et professionnelles avec sa pratique spirituelle est fort intéressant. J'ai pensé qu'il pouvait être une source d'inspiration pour de nombreux dévots grhasthas qui sont engagés dans une vie professionnelle accaparente (c'est malheureusement trop souvent le cas dans notre société actuelle si l'on veut "y arriver"), qui ont charge de  famille mais qui ne veulent pas pour autant sacrifier leur vie spirituelle, leur conscience de  Krishna.

Bien sûr, les dévots qui se trouvent dans cette situation, mais qui cependant, arrivent sans trop de difficultés à maintenir un haut standard de pratique quotidienne spirituelle, ne sont donc pas concernés personnellement (et c'est tant mieux pour eux), mais pour tous les autres - nos frêres et nos soeurs-en-Dieu en difficulté, et ils sont malheureusement nombreux,  l'on ne peut pas que se sentir concerné. Pour certains, et peut-être même la majorité des dévots,  les choses ne sont pas si simples et cet article d'Anuttama prabhu, avec la lettre de Prabhupada à Gargamuni, pourra  servir nous l'espèrons de ligne de conduite.

 

  Ainsi donc, trop souvent, on a pu constater que des dévots face aux difficultés de la vie de famille et de la vie professionnelle et sociale décidaient, apparemment découragés, qu'il était trop difficile, voir impossible, d'allier les deux; la pratique de la conscience de  Krishna et la vie professionnelle et familiale.  Mais cette lettre de Prabhupada adressé à Gargamuni remplie de générosité, de largesse d'esprit et de foi dans le chant des Saints Noms nous montre qu'un compromis est possible.


   Ainsi, pour faire face à la vie professionnelle, on n'a pas à abandonner sa vie spirituelle, sa conscience de Krishna. Au contraire, nous dit Srila Prabhupada,  la pratique quotidienne du chant du Maha mantra sur son chapelet, même limitée (au moins une heure de façon trés attentive, dans la lettre ), revêt une grande puissance et  devient  une grande source d'inspiration et de vigueur face à nos obligations familiales et professionnelles.


    Bien sûr, après avoir lu cet article il ne s'agirait pas de conclure de façon erronée que Srila Prabhupada minimisait l'importance de chanter 16 tours par jours pour les dévots initiés. Beaucoup d'instructions dans ses letttres, dans ses livres et ses classes démontrent l'importance de première ordre que Prabhupada donnait au chant du japa et des 16 tours et des voeux prononcés pour les disciples initiés. Et ces instructions ne doivent donc être vu que comme un compromis temporaire face à une situation particulière, temporaire, elle aussi.

       Votre serviteur,    Jagad

 

 

Srila Prabhupada demande à tous ses disciples initiés de chanter 16 tours de chapelet et de suivre les quatres principes régulateurs mais l'on peut voir à travers cette instruction particulière destinée à Gargamuni que nous devons faire pour le mieux. Je connais de nombreux disciples qui ont laissé tomber leur conscience de Krishna parce qu'ils pensent qu'ils n'ont pas le temps de chanter 16 tours. Mais donc plutôt que d'arrêter, faites le mieux que vous pouvez, et tôt ou tard votre foi et votre force spirituelle reviendra. Je peux honnêtement dire que dans les dernières 35 années de ma conscience de Krishna je n'ai pas toujours chanté tous mes tours mais qu'il n'y a jamais eu un jour où je n'en ai pas chanté quelques uns. Beaucoup de choses sont arrivées en 35 ans ne m'accusez pas pour çà. De nombreux grands dévots, plus grands que moi, ont complètement disparus de la circulation.

 


Gardez donc votre amitié avec vos amis-dévots, priez à Krsna et par la grâce du Seigneur nous serons conscients de Krsna à la fin de notre vie et retourneront chez nous - à Dieu, dans le monde spirituel.


 

 J'ai joint le mouvement pour la conscience de Krishna en 1971 et je me suis marié en 1980. Je vis à l'extérieur d'un Temple depuis 1985. Pendant les 21 dernières années,  pour gagné ma vie, j'ai travaillé dans le monde des affaires et j'ai pris soin de ma famille tout en m'occupant de ma conscience de Krishna personnelle. Dans ces années-là (au moment où j'ai joint), habiter à l'extérieur du Temple pour vivre une vie plus indépendante, n'était pas trés encouragé, c'était même considéré Maya. J'ai toujours gardé mes voeux  envers mon maître spirituel, Srila Prabhupada, mais à certains moments j'ai dû faire quelques ajustements. Et donc, pour tous ceux d'entre vous qui doivent relever le défi de vivre dans ce monde tout en désirant en même temps préserver une certaine transcendance, Srila Prabhupada prodigue quelques bons conseils:

 

  "En ce qui concerne ton  business et tes pratiques spirituelles, je te donne la permission particulière suivante:

              - Trouve, parmi les vingt  quatre heures, au moins une heure selon ta convenance pour chanter Hare Krishna avec grande attention, soit, proche des murties ou à tout autre endroit, sans être dérangé par qui que ce soit. Maintenant, les 23 autres heures, quoi que tu fasses essaye de penser à Krishna. De cette façon tu garderas ta conscience de Krishna  intacte.

               - Quand tu travailles,  fais-le comme un vrai businessman, (le travail de Gargamuni à qui s'adresse la lettre), mais en même temps pense à Krishna, en recherchant Sa protection. L'exemple vivant est celui des gopis. Elles étaient des maîtresses de maison avec des enfants et de nombreux devoirs familiaux à remplir. Malgré cela, elles pratiquaient la conscience de Krishna d'une façon telle, qu'elles n'oubliaient pas Krishna même une seconde. Alors qu'elles passaient la serpilllère, nourissaient le bébé, cuisinaient, trayaient les vaches, parlaient avec des amies, elles étaient toujours en train de penser à Krishna. Voilà donc l'idéal parfait de la conscience de Krishna, et nous devons essayer de marcher sur leurs traces.

     Chacun doit ajuster les choses selon son activité particulière, mais je  répète encore que l'on doit passer au moins une heure à chanter sur son chapelet

       Letttre à Gargamuni, octobre 69.

 

Commenter cet article

d'Almeida Elisée Hervé O. 09/03/2017 06:20

Bjr,
J'aimerais que quelqu'un qui s'y connais a la chose spirituelle m'aide à mieux m'informer sur Hare Krishna ou à mieux la connaître.
Merci.