Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Internet krishna

Jolie femme et illusion

La-beaut---illusoire.jpg 


    S'est-on jamais vraiment demandé en quoi consiste  la beauté d'une jolie femme, ou d'un bel homme? Quels sont les réels ingrédients de leur beauté ? Je veux parler au niveau de la composition organique de ces corps aguichants que  tant d'hommes ou de femmes  convoitent et dont la jouissance est censée  procurer le plus grand bonheur ?

    L'histoire qui va suivre, "la beauté liquide", nous éclaire sur ce point. D'une façon que certains jugeront peut-être un peu crue et peut être même, de mauvais goût, mais  il faut vite comprendre la  morale et l'essence de l'histoire afin de ne pas être trop répugné par le contenu.
 



     Il était une fois un prince qui rencontra une trés belle jeune fille. Il décida de lui rendre visite pour lui parler mais la jeune fille était trés chaste de nature. Le prince voulait qu'elle se marie avec lui mais celle-ci ne voulait pas. Ainsi, elle lui dit: "Vous voulez vous marier avec moi, vous êtes attiré par ma beauté, je vais donc distillé ma beauté pendant les dix prochains jours, je vais distiller ma beauté et je la garderai pour vous."

  Et le prince accepta et elle lui dit alors:  " Et après cela, si vous le désirez encore, vous pourrez m'avoir pour femme". Le prince enthousiaste répondit : "
Trés bien, c'est merveilleux, je reviendrai dans dix jours et  nul doute je vous prendrai pour femme ma chère et belle jeune fille!"
  
    Dès son départ la jeune et belle fille commenca à prendre des purgatifs trés puissants (des médicaments qui entrainèrent des vomissements et stimulèrent les évacuations intestinales). Elle garda tout, le vomi et les matières fécales, dans un grand pot. Elle ne mangea rien, elle ne fit que vomir et évacuer, si bien qu'après dix jours d'un tel traitement sa beauté fut complètement réduite à néant. Son teint était devenu grisâtre, elle était squelettique, trés affaiblie, personne n'aurait pu la reconnaître.
   
    Après dix jours le prince revint voir sa belle jeune fille. Elle lui ouvrit la porte. Dès que le prince la vit il lui dit: "Je suis venu ici pour rencontrer  une trés belle jeune femme que je vais marier trés bientôt".  La fille lui dit alors: "Je suis cette belle jeune femme!". Il répondit: "Non, ce n'est pas vrai. Comment cela serait-il possible?" Elle continua: " Oui, je suis cette belle jeune demoiselle, j'ai distillé ma beauté, venez voir." Elle emmena le prince à l'endroit où elle gardait le grand pot qui contenait tous ses excréments,
ses vomissements et son urine et,  désignant le pot, elle lui dit: 

La-beaut---liquide.gif
"Voici ma beauté!"
    

    Vous  venez donc de lire l'histoire de "la beauté liquide". En réalité le corps matériel n'est qu'un  sac rempli de pus, d'excréments, d'urine, de sang, de mucus et de beaucoup d'autres substances horribles. Et nous sommes attirés par l'enveloppe extérieure du corps, la peau, et aussitôt que cette enveloppe de peau se flétrit, notre attirance s'amenuise et disparait.
   
    Notre société  fonctionne sur la base de cette attirance superficielle pour l'enveloppe extérieure. Un homme est attiré par une femme sur la base de l'apparence physique. Il pense: " Oh, voici une trés jolie femme. Elle a de trés beaux cheveux, un teint resplendissant, un corps attirant. C'est une trés belle femme." La femme également pense de cette façon: " C'est un trés bel homme, au torse fort et galbé, c'est un bien bel homme, trés attirant." Ensuite ils vivent ensemble et pour un court instant jouissent de la vie sexuelle, et aussitôt qu'il y a un problême au niveau sexuel, des difficultés, alors ils disent: " Je suis désolé mais ca  ne marche plus entre nous, la magie n'est plus là. Je dois trouver quelqu'un d'autre." Et alors ils divorcent.
 
   Tout est basée sur l'apparence physique extérieure, et cette beauté externe est changeante. On ne peut être réellement heureux et satisfait avec ce genre de relation fondée sur l'apparence physique parce que notre beauté physique est  trés temporaire.
   
    Une jolie femme demeure jolie pendant quelques années seulement, c'est un court instant. Chacun doit vieillir, chacun doit tomber malade, chacun doit mourir. Mais nous ne sommes pas ce corps, nous sommes  esprit, une âme. L'âme est éternelle, remplie de félicité et remplie de connaissance (sat-cit-ananda). Mais, à présent, l'âme est recouverte par le corps matériel et nous identifions à tort le corps avec le soi.
On pense qu'en satisfaisant le corps on devient satisfait soi-même. Mais, peu importe l'effort que nous mettons à essayer de satisfaire le corps, l'âme, l'esprit, n'est  jamais satisfait par l'abondance  de soi-disant "plaisirs" matériels.
   
    Si l'on est attiré uniquement par la beauté corporelle, on est destiné à demeurer insatisfait et frustré  parce que je, le soi, est différent du corps. Krishna décrit dans la Bhagavad-gita:
 

dehino 'smin yatha dehe kaumaram yauvanam jara
tatha dehantara-praptir dhiras tatra na muhyati
(Bhagavad-gita 2.13)
    

Ici, Krishna dit que l'âme, même durant cette vie change plusieurs fois de corps. Au début nous avons un corps d'enfant, puis nous obtenons un corps de garçon, ensuite un corps d'homme et enfin nous obtenons un corps de vieillard, ainsi le moment de la mort ne correspond qu'à un autre changement de corps.
Une âme réalisée peut comprendre cela, il peut le voir.
  
    Nos corps sont tout le temps en train de changer. Vous pouvez le voir. Personne ne peut le contester. C'est une assertion étayée par des faits incontestables. J'ai ce corps d'homme maintenant, avant cela j'avais un corps de garçon, avant celui-là un corps de petit enfant, et encore avant, un corps de bébé.
Ce sont tous des corps différents.
  
    Je peux voir; mes parents ont des photos de moi. Il peuvent vous montrer ces différentes photos de moi avec ces différents corps. Maintenant ces différents corps ont disparu.  A l'instant présent,  j'ai  ce corps d'homme et  au moment voulu, il finira également, et j'aurai alors un corps de vieillard qui finalement aussi disparaîtra et je devrai alors revêtir un autre corps au moment de la mort.
   
    C'est le mécanisme des morts et des renaissances dans le monde matériel. Les corps changent constamment mais l'âme, elle, ne change pas. Moi, la personne au présent est la même personne que j'étais, alors que je me trouvais dans le corps d'un bébé. Je suis la même personne que j'étais dans le corps d'un garçon, la même personne que j'étais dans le corps d'un enfant. Je peux me souvenir de ces choses-là, je peux me souvenir de mon corps d'enfant, je peux me souvenir de mon corps de garçon. Je peux me souvenir des activités que j'ai eu dans ces différents corps. Ces activités ont été faites par moi, mais le corps que j'avais alors, a disparu. Ainsi, on peut comprendre que moi, la personne à l'intérieur je suis permanent, je suis éternel, mais le corps lui est constamment en train de changer.
Je ne suis pas ce corps, je suis l'occupant de ce corps, le conducteur de ce corps, le propriétaire de ce corps, mais je ne suis pas le corps. Le corps est une machine.

Hare Krishna.

Commenter cet article