Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par BBT

Prabhupâda et les Beatles;
une initiation spirituelle
(suite...)
 
            


           THEMES DE LA CONVERSATION:
              (Traduction Priya Bhakta das)
 

  On ne peut inventer un mantra

  Comment reconnaître un vrai guru?

  Les trois aspects de l'Absolu

  Exploitation de la Bhagavad-gita

  Qui est l'autorité en la matière?

  La succession disciplique

  Que dit Krishna?

  L'hymne de la libération

  Krishna signifie "Dieu"



 
ON NE PEUT
INVENTER UN MANTRA


Evam parampara-praptam : ainsi, ce savoir est transmis par la succession disciplique. Sa kaleneha mahata yogo nastah parantapa: mais avec le temps, la succession s'est rompue. Par conséquent, dit Krishna, Je t'enseigne à nouveau cette sagesse. Tout mantra doit donc être reçu de la succession disciplique. Les Védas disent à ce sujet: sampradaya-vihina ye mantrâs te nisphala matah; s'il n'est pas reçu de la succession disciplique, votre mantra ne portera aucun fruit. On ne peut inventer un mantra. Il doit être reçu de l'Absolu à travers la succession disciplique.

Selon la philosophie de la conscience de Krishna, les mantras sont transmis par quatre successions discipliques: celle de Shiva, celle de la déessse Lakshmi, cette de Brahma et celles des quatres Kumaras. Il faut donc recevoir son mantra de l'une de ces quatres sampradayas; ce n'est qu'alors qu'il produira l'effet, le fruit convoité.

Yoko Ono: Si le mantra jouit d'un tel pouvoir, qu'importe de qui on le reçoit?

Prabhupada:  Cela importe beaucoup. Citons un exemple: le lait est un aliment très nutritif, c'est un fait connu de tous. Mais le lait touché par la langue d'un serpent agit comme un poison.

Yoko Ono: Le lait est matériel.

Prabhupada: En effet. Mais puique vous cherchez à saisir des concepts spirituels à l'aide de vos sens matériels, nous devons employer des exemples matériels.

Yoko Ono: Non, je ne crois pas que vous deviez m'enseigner le côté matériel. Le mantra n'est pas matériel; il doit être de nature spirituel. Je ne pense pas qu'on puisse le dénaturer.

Prabhupada: Mais si vous ne recevez pas votre mantra d'une source authentique, il n'aura peut-être rien de spirituel.

John Lennon : Comment savoir de toute façon? Si un de vos disciples ou l'un de nous approche un maître spirituel quelconque, comment savoir s'il est authentique ou non?

Prabhupada: Il ne faut pas aller vers n'importe quel maître spirituel.


 
COMMENT
RECONNAITRE UN VRAI GURU ?



John Lennon: En effet, il faut approcher un vrai maître. Mais comment le distinguer des charlatans?

Prabhupada: Il doit appartenir à une sampradaya, une succession disciplique reconnue.

John Lennon: Et si ce maître qui n'y appartient pas enseigne la même chose que celui qui en fait partie? Et s'il dit que son mantra vient des Védas et qu'il semble parler avec d'autant d'autorité que vous? C'est déroutant.

Prabhupada: Si le mantra est vraiment reçu d'une succession disciplique authentique, il agira.

John Lennon: Mais le mantra Hare Krishna est-il le meilleur d'entre tous?

Prabhupada: Oui.

Yoko Ono: Pourquoi alors se donner la peine de dire quoi que ce soit d'autre?

Prabhupada: En effet. Nous affirmons que ce mantra suffit pour atteindre la perfection, la libération.

George Harrison: N'est-ce pas comme les fleurs? Une personne aimera les roses tandis qu'une autre préférera les oeillets. N'est-ce pas à chaque dévot de décider pour lui-même? Une personne réalisera que le mantra Hare Krishna favorise son évolution spirituelle, alors qu'un autre mantra profitera davantage à une deuxième personne. N'est-ce pas une affaire de goût,  comme choisir une fleur? Certains préfèrent une fleur à une autre.

Prabhupada: Néanmoins, on considère qu'une rose odorante vaut mieux qu'une fleur sans parfum.

Yoko Ono: Dans ce cas, je ne peux...

Prabhupada: Essayons de comprendre l'analogie des fleurs.

Yoko Ono: D'accord.

Prabhupada: Vous pouvez être attiré par une fleur et moi par une autre. On peut cependant établir une distinction: certaines variétés sont odorantes, d'autres non.

Yoko Ono: Les fleurs odorantes seraient-elles supérieures?

Prabhupada: Oui. Par conséquent, l'attrait qu'on éprouve pour une fleur particulière ne détermine pas laquelle est supérieure. De même, l'attrait individuel pour une voie spirituelle n'en détermine pas la supériorité. Krishna dit dans la Bhagavad-gita:

"Tous suivent Ma voie, d'une façon ou d'une autre, et selon qu'il s'abandonnent à Moi, en proportion Je les récompense."
                         [Bhagavad-gita 4.11]

Krishna est le Suprême, l'Absolu. Lorsqu'on désire établir une relation spécifique avec Lui, Il Se présente en conséquence. C'est comme l'analogie des fleurs; vous pouvez désirez une fleur jaune sans parfum. Cette fleur sera pour vous. Mais si quelqu'un préfère une rose; Krishna la lui donnera. Chacun obtient la fleur de son choix; mais si on les compare entre ellles, la rose est dite supérieure.

Krishna Se révèle donc différemment à différents chercheurs. La réalisation de la Vérité Absolue comporte trois aspects: Brahman, Paramatma et Bhagavan. Les ânîs, ou philosophes empiristes,  atteignent le Brahman impersonnel; les yogis se concentrent sur Paramâtmâ, l'Âme Suprême. Les dévots, eux, visent Bhagavan, Krishna, l'Être Suprême. Il n'existe toutefois aucune différence entre Krishna, l'Âme Suprême et Brahman. On les compare à la lumière, par oppositon aux ténèbres. Or, même la lumière comporte une certaine variété.

 
LES TROIS ASPECTS
DE L'ABSOLU



Les das comparent les trois aspects de l'Absolu aux rayons du soleil, au disque solaire et au va du soleil, qui vit au coeur de l'astre du jour. Lui aussi est source de lumière, sinon, d'où vient la radiance du soleil? On compare le Brahman -l'aspect impersonnel du Divin- aux rayons du soleil, l'Âme Suprême au soleil même, et Krishna à la personne du déva solaire. Mais ensemble, ils forment le soleil. Néanmoins, les distinctions ci-dessus demeurent. A titre d'exemple, vous ne pouvez pas dire que le soleil même se trouve dans votre chambre parce que ses rayons entrent par la fenêtre. Ce serait une erreur de le prétendre puisqu'une distance de quelque 150 millions de kilomètres le sépare de la Terre. Dans un sens, le soleil est présent dans votre chambre, mais c'est un question de degrés. La réalisation spirituelle comporte ainsi trois différents degrés: Brahman, Paramatma et Bhagavan.

Yoko Ono: Mais vous disiez que le lait touché par la langue d'un serpent agit comme un poison. Plusieurs Eglises transmettaient probablement un enseignement valable à l'origine, mais qui s'est détérioré avec le temps. Or, comme savoir si le message de Brahman dont vous parlez conservera toujours sa pureté? Comment être sûr que des serpents ne viendront pas l'empoisonner?

Prabhupada: C'est une affaire individuelle; vous devez l'étudier sérieusement.

Yoko Ono: Qu'entendez-vous par là? On naît sérieux ou frivole.

Prabhupada: Par sérieux, j'entends comprendre ce qui distingue entre eux Brahman, Paramatma et Bhagavan.

Yoko Ono: Mais toute décision finale dépend-elle de la connaissance?

Prabhupada: Tout repose sur la connaissance. Comment progresser sans elle? Etudier sérieusement signifie acquérir le savoir.

Yoko Ono: Mais pas toujous bien informés sont ceux qui...

Prabhupada: En effet. Personne ne peut connaître entièremnt la Vérité Absolue. Cela est dû à notre savoir fort imparfait. Nous devons néanmons chercher autant que possible à l'appréhender. Les Védas enseignent: avân-mânasa-gocara - si grand et infine est l'Absolu qu'on ne peut Le connaître pleinement; nos sens ne nous le permettent pas. Mais nous devons essayer dans la mesure du possible. Ce qui est possible, après tout, puisque nous sommes des fragments de l'Absolu. Toutes Ses qualités sont donc aussi présentes en nous, bien qu'en quantié infime, mais néanmoins considérable comparativement au savoir matériel.

Le savoir matériel n'a guère de valeur; c'est une connaissance voilée. Mais le savoir de qui atteint la libération surpasse de loin la plus grande science matérielle. Efforçons-nous donc, autant que possible, de comprendre Brahman, Paramatma et Bhagavan. Selon le Srimad-Bhagavatam:

"Les doctes et sages spiritualistes qui connaissent la Vérité Absolue nomment cette substance unique, au-delà de toute dualité du nom de Brahman, Paramatma et Bhagavan."
[Srimad-Bhagavatam 1.2.11]
 
Encore là, qu'est-ce qui distingue entre eux Brahman, Paramatma et Bhagavan? Rien en réalité, puiqu'il s'agit d'une subtance unique. Prenons un autre exemple: imaginez que vous apercevez une lointaine montagne.  D'abord elle ressemblera à un nuage fumeux. Puis, si vous vous en approchez, vous verrez qu'elle est recouverte de végétation. Et si vous en foulez le sol, vous découvrirez de nombreuses formes de vie: humains, animaux, arbres...Mais de loin, elle vous apparaissait comme un nuage imprécis.

Ainsi, quoique la Vérité Absolue soit immuable, divers angles de vision nous la révèlent différemment. La réalisation de Brahman se compare à la vision lointaine d'une montagne. La vision de Paramatma ressemble à celle de la végétation qui couvre la montagne. Enfin, réaliser la Vérité Absolue sous son aspect personnel -Bhagavan- revient à contempler la montagne se si près qu'elle nous apparaît dans ses moindre détails. Ainsi, quoique celui qui voit Brahman, celui qui voit Paramatma et celui qui voit Krishna concentrent leur attention sur une seule et unique réalité, leurs réalisations diffèrent dû à leur position respective.

Tous ces points sont admirablement expliqués dans la Bhagavad-gita, où Krishna dit:

"De tous les mondes spirituels et matériels, Je suis la source, de Moi tout émane. Les sages qui connaissent parfaitement cette vérité, de tout leur coeur Me servent et M'adorent."

Et dans un autre passage de la Gita: brahmano hi pratisthâham [14.27]. La connaissance de Brahman et Paramatma est donc comprise dans celle de Krishna. Qui connaît Krishna connaît aussi Brahman et Paramatma. Cette personne acquiert naturellement le fruit de la méditation, à savoir la réalisation de l'Âme Suprême -Paramatma- et celui de la spéculation philosophique empirique: la réalisation de Brahman. De plus, elle obtient de servir personnellement le Seigneur Suprême. Une étude comparée nous fait donc constater que la connaissance de Krishna inclut toutes les branches du savoir. Ce que confirment d'ailleurs les Védas: yasmin vijñate sarvam evam vijñatam bhavati - "Le savoir total se révèle à quiconque comprend le Suprême" - et la Bhagavad-gita.

Il s'agit donc avant tout d'étudier sérieusement la sagesse védique, ce que je vous prie de faire. En comprenant Krishna, vous comprendrez tout. Paramatma est l'aspect localisé de l'Absolu. Le Seigneur dit : isvarah sarva-bhûtanam hriddese 'rjuna tisthati - "Je Me tiens dans le coeur de tous les êtres, ô Arjuna." [Gita 18.61] Brahman est la radiance de l'Absolu. Enfin, Krishna est Bhagavan -ou Parama Brahman -Dieu, la Personne Suprême. Si vous connaissez pleinement Krishna, vous connaissez aussi Brahman et Paramatma. Mais qui ne connaît que Brahman ou Paramatma ne sait rien de Krishna. Là encore, on peut citer l'exemple du soleil. Si vous n'en connaissez que les rayons, vous ignorez tout du disque solaire ou de son déva-maître. Mais quand vous êtes en présence de celui-ci, vous connaissez automatiquement le soleil et les rayons solaires.

D'un point de vue impartial, il est donc recommandé d'approfondir la science de la Vérité Absolue, laquelle englobe toutes les branches du savoir. Krishna dit:

 
bahûnâm janmanâm ante
jñânavân mâm prapadyate
vâsudevaḥ sarvam iti
sa mahâtmâ su-durlabhaḥ


"Après de nombreuses renaissances, lorsqu'il sait que Je suis tout ce qui est, la Cause de toutes les causes, l'homme au vrai savoir s'abandonne à Moi. Rare un tel mahatma."

Krishna affirme ici qu'après de nombreuses vies consacrées à cultiver le savoir, l'on devient vraiment sage (jñânavân). Bahûnâm janmanâm ante jñânavân mâm prapadyate: un tel sage s'abandonne à Moi, Krishna. Pourquoi? Vasudevah sarvam iti: il comprend que Vâsudeva -Krishna- est tout. Sa mahatma sudurlabhah: rare un tel mahatma. Krishna dit être l'origine, la source de tout ce qui est. Celui qui maîtrise parfaitement cette science fait preuve d'intelligence (bouddha), et s'engage dans la conscience de Krishna.

Le premier aphorisme du Védanta-sutra se lit ainsi: athato brahma-jijñasa -"On doit maintenant s'enquérir de Brahman, l'Absolu." Mais qu'est-ce que le Brahman? Le second aphorisme offre la réponse à cette question: janmadya asya yataj - "Brahman, l'Absolu, est Celui dont tout émane." Dans la Bhagavad-gita, l'Absolu dit: mattah sarvam pravartate - "Tout émane de Moi". Si vous étudiez minutieusement la littérature védique, vous en conclurez que Krishna est l'Être Suprême. La conscience de Krishna inclut donc tout autre savoir. La fortune du millionnaire comporte naturellement des billets de dix, cent et cinq cents euros. Mais celui qui ne possède que dix dollars, ou même cinqu cents euros, ne peut prétendre avoir un million en sa possession. Dans le même ordre d'idée, la conscience de Krishna comprend toute sagesse spirituelle, fait reconnu par tous les achâryas, ou grands maîtres en matière de spiritualité.

 
EXPLOITATION
DE LA BHAGAVAD-GITA



Prabhupada: Pourquoi exploiter le livre de Krishna (la Bhagavad-gita) pour prêter un semblant d'autorité à des spéculations?

George Harrison: Ils veulent seulement la présenter en anglais.

Prabhupada: Non, non, là n'est pas la question. Ils déforment la pensée de Krishna. Qu'ils traduisent en anglais ou en perse, peu importe. Le vrai problème est qu'ils exploitent l'autorité de la Bhagavad-gita pour avancer leurs propres élucubrations. Pourquoi la citeraient-ils pour appuyer leur propre pensée, qui diffère totalement de celle de Krishna? S'ils veulent écrire sur la Bhagavad-gita, qu'ils s'abstiennent d'y introduire leurs élucubrations pour plutôt présenter directement les conclusions de la Gita. Pourquoi ne pas présenter la Bhagavad-gita telle qu'elle est ? Voilà notre proposition.

George Harrison: Mais la Bhagavad-gita telle qu'elle est...c'est du sanskrit.

Prabhupada: Non, nous l'avons traduite en anglais.

George Harrison: Mais les autres aussi.

John Lennon: Oui, ils l'ont traduite, vous l'avez traduite. Ce sont donc des traductions.

Prabhupada: En efffet. Toute la Bhagavad-gita que vous lirez sera une traduction. Vous ne pouvez par lire le texte original.

George Harrison: Quel est le texte original?

Prabhupada: C'est le texte sanskrit.

Yoko Ono: Oui, mais nous ne lisons pas le sanskrit.

John Lennon: Ce serait inutile pour moi de lire le sanskrit, car je n'y comprends rien.

Prabhupada: Vous devez donc vous contenter d'une traduction.

George Harrison: Mais il en existe des centaines.

John Lennon: Et elles avancent toutes une interprétation différente.

George Harrison: Les auteurs de celles que j'ai lues prétendent tous que la leur est la meilleure. Et parfois, une version contiendra des éléments qu'une autre traduction ne comportait pas.

Disciple: En avez-vous déjà lu une sans commentaire?

George Harrison: Tu veux dire seulement le texte sanskrit?

Disciple: Non, seulement la traduction.

George Harrison: C'est ce qu'elles sont en réalité, des traductions. Certaines éditions, contiennent également un commentaire. Mais en ce qui concerne la traduction, elle dépend uniquement du traducteur.

 
 QUI EST
L'AUTORITE EN LA MATIERE ?
 
Disciple: Exactement. Il faut donc la recevoir d'une autorité en la matière.

John Lennon: Mais comment distinguer une autorité d'une autre?

George Harrison: Le monde est saturé d'autorités, tu sais.

Yoko Ono: Il existe cinq cents autorités, tu sais, qui...

John Lennon: Pour ma part, j'ai découvert que le mieux était de glaner par-ci, par-là.

Yoko Ono: Ce ne sont pas des paroles en l'air. Nous voulons votre opinion sur ce point. En d'autres mots, quelle serait votre réponse à cette question d'autorité? Vous disiez qu'on compte plus de cinq centes versions de la Bhagavad-gita. Pourquoi la traduirait-on sans être une autorité en la matière? Qui fait autorité?

Prabhupada: Le texte original fait autorité.

Yoko Ono: D'accord. Mais chaque traducteur ne s'en réfère-t'il pas au texte original?

Prabhupada:Oui.

Yoko Ono: Quelle différence peut-il exister alors entre une traduction et une autre?

 
LA SUCCESSION DISCIPLIQUE
 
Prabhupada: Tout repose sur le principe de la succession disciplique, ou sampradaya. Si nous ne recevons pas la Gita d'une succession disciplique authentique, elle ne nous sera d'aucune aide. Dans notre introduction à la Gita, nous avons expliqué clairement qu'il n'y a pas d'autre autorité en la matière que Krishna. Car c'est Lui qui l'a énoncée. Pouvez-vous nier que Krishna est l'autorité?

Yoko Ono: Oui, mais a-t'il traduit la Gita en anglais?

Prabhupada: Le point ici est que Krishna incarne l'autorité sur la Gita. Sommes-nous d'accord?

Yoko Ono: Oui.

Prabhupada: (à John Lennon): Es-tu d'accord?

John Lennon: Oui.

Prabhupada: Dans ce cas, il faut voir ce que dit Krishna. Voilà où réside l'autorité. Pourquoi écouter l'opinion divergente de quelqu'un d'autre? Si vous désirez donc comprendre ce que dit Krishna, vous devez scruter la littérature védique faisant autorité. C'est ce que vous ferez si vous êtes sérieux.

John Lennon: Et tous les autres qui ont traduit la Gita? Comment savoir si leur version ne correspond pas aux paroles de Krishna?

Prabhupada: Vous devez étudier le texte sanskrit original.

John Lennon: Etudier le sanskrit?

George Harrison: Mais certains diront que livres, rites, dogmes et temples ne sont que détails secondaires, de toute façon, ils ne sont pas de première importance. Il n'est pas nécessaire de lire des livres pour acquérir la perception.

Prabhupada: Pourquoi alors écrit-on tant de livres? (Rires)

George Harrison: La Gita dit la même chose.

Prabhupada: Non.

George Harrison: Mais après une longue méditation durant notre séjour à Hrishikesh, las de méditer, un homme décida de lire la Gita. Il l'ouvrit donc et tomba sur un passage qui disait: "Ne lisez pas, méditez."

Prabhupada: Dans quel passage de la Gita Krishna dit-il une chose pareille?

George Harrison: La Gita le dit.

 
QUE DIT KRISHNA ?
 
Prabhupada: Non, Krishna dit plutôt:
risibhi bahudhâ gitam
chandobhir vividhaih prithak
brahma-sûtra-padais caiva
hetumadbhir viniscitaih

 
"Ce savoir du champ d'action et de son connaissant, divers sages l'ont exposé en divers Ecrits védiques -notamment le Vedanta-sutra- où cause et effets sont présentés avec force raison."
[Bhagavad-gita 13.5]
 
Il explique ici que la science de la Vérité Absolue est clairement développée dans le Vedanta-sutra, aussi appelé Brahma-sutra. Or, le Vedanta-sutra est un livre. Dans un autre passage de la Gita, Krishna dit encore:

"Celui, en revanche , qui rejette les Ecritures pour agir selon son caprice, celui-là n'atteint ni la perfection, ni le bonheur, ni le but suprême."
Voilà ce que dit la Gita. Comment pouvez-vous dire que Krishna ne recommande pas la lecture des livres?

Yoko Ono: Vous dites que rien ne surpasse en puissance le mantra Hare Krishna. Si c'est vrai, pourquoi se donner la peine de dire quoi que ce soit d'autre? Est-ce nécessaire? Et pourquoi nous encouragez-vous à écrire d'autres chansons que ce mantra?

Prabhupada: Le chant de ce mantra est le procédé recommandé pour purifier notre coeur. Quiconque le pratique régulièrement n'est pas tenu de faire quoi que ce soit d'autre. Il est déjà sur la bonne voie. Il n'a pas besoin de lire aucun livre.

Yoko Ono: Je suis d'accord. Pourquoi alors dites-vous qu'il n'y a aucun mal à écrire des chansons, à parler et tout le reste? N'est-ce pas une perte de temps?

Prabhupada: Non. Sri Chaitanya Mahaprabhu, à titre d'exemple, passa la plus grand partie de Son temps à chanter le mantra. Il était alors un sannyasi, puisqu'Il avait adopté l'ordre du renoncement. Plusieurs grands sannyasis Le critiquaient ainsi: "Bien que Tu sois un renonçant, Tu ne lis pas le Vedanta-sutra. Tu ne fais que chanter et danser." Ainsi Lui reprochaient-ils de chanter sans cesse le mantra Hare Krishna. Mais lorsqu'Il rencontrait de tels érudits, Chaitanya ne restait pas muet. Au contraire, Il démontait l'importance de ce chant à l'aide d'arguments concluants puisés dans les Ecritures védiques.

 
L'HYMNE DE LA LIBERATION
 
Le chant du mantra Hare Krishna suffit pour obtenir la libération; cela ne fait aucun doute. Mais si quelqu'un désire comprendre ce mantra à travers l'étude, la philosophie ou le Vedanta, ce n'est pas la connaissance qui fait défaut. Nous avons publié de nombreux livres. Mais ce n'est pas que le mantra s'avère insuffisant en soi et qu'en conséquence, nous recommandons la lecture. Lorsqu'il chantait, Chaitanya Mahaprabhu dut parfois affronter des érudits antagonistes tels Prakâshananda Sarasvati et Sârvabhauma Bhattâchârya. Il était toujours prêt à débattre avec eux à l'aide d'arguments fondés sur le Vedanta. ll faut donc être ni sot ni muet. Au cours de notre prédication, des gens de toutes sortes de milieux nous aborderont avec leurs questions, auxquelles il faudra répondre. Sinon, le mantra suffit. Pas besoin d'éducation, de lecture, etc.. pour atteindre la plus haute perfection. Il suffit de chanter Hare Krishna, c'est un fait.

Disciple: Vous disiez plus tôt aujourd'hui que nous pouvions aussi pratiquer la conscience de Krishna tout en travaillant, en enfonçant des clous.

Prabhupada: Oui.

Disciple: Donc, chanter le mantra tout en exécutant notre service de dévotion et accomplir nos devoirs en méditant sur Krishna fait également partie du procédé?

Prabhupada: En effet. Le principle consiste à toujours porter nos pensées sur Krishna: manah krsne nivesayet. Voilà en quoi consiste le procédé. Vous pouvez y parvenir par la philosophie, la logique ou le chant du mantra, peu importe. C'est ce que recommande la Gita:

"Et de tous les yogis, celui qui, avec une foi totale, demeure toujours en Moi et M'adore en Me servant avec amour, celui-là est le plus grand, et M'est le plus intimement lié."
Vous avez peut-être lu ce passage. Je crois que Maharishi  a traduit cette partie de la Bhagavad-gita. L'avez-vous lu?

George Harrison: Je n'ai pas lu tout son livre.

Prabhupada: C'est le dernier verset du sixième chapitre. Il précise que de tous les yogis, celui qui médite sur Krishna est le plus grand.

John Lennon: Qui est l'auteur de l'édition de poche dont nous avons tous une copie?

Disciple: Srila Prabhupada.

John Lennon: J'en ai un exemplaire au bureau. Il existe une autre traduction de la Gita par un espagnol.

Disciple: Je crois qu'un point qu'expliquait Prabhupâda n'a pas été éclairci: comment savoir quelle traduction de la Gita est la plus authentique? Sa réponse était: Krishna est l'autorité en la matière. Il faut donc la recevoir d'une des quatres successions discipliques qui procèdent de Krishna. D'entre ces quatre, il n'en existe désormais plus qu'une ou deux.

Yoko Ono: Qu'entendez-vous par succession disciplique ? Est-ce héréditaire?

Disciple: Une lignée ou succession de maître à disciple. Prabhupada reçut ce message de son maître spirituel...

Prabhupada: C'est trés facile à comprendre. Prenons un exemple: vous envoyez un mandat-poste à un ami. Par quelle voie le recevra-t'il? Seulement à travers le département des postes. Quand le facteur viendra le lui livrer, votre ami est sûr de toucher l'argent. Nous accordons donc de l'importance au facteur parce qu'il représente le ministère des postes. Dans un même ordre d'idée, Krishna est l'autorité suprême. Son représentant devient ainsi lui-même une autorité. Et qui représente Krishna? Son dévot. Celui-ci est donc une autorité, du moins en ce qui concerne la Bhagavad-gita. Il faut donc recevoir celle-ci d'un dévot de Krishna. Comment peut-on prêcher le message de la Gita si l'on ignore tout de Krishna? C'est une question de simple bon sens.

John Lennon: Qui décide qui appartient à la lignée descendante? C'est comme la royauté...

Yoko Ono: C'est exactement ce que je disais.

Prabhupada: Mais en fait, celui qui ne parle jamais de Krishna ne peut être une autorité. Si un facteur ne connaît rien du ministère des Postes, quelle sorte de facteur est-ce?

Yoko Ono: Mais il parle de son ministère des postes.

Prabhupada: Vous ne pouvez pas créer votre ministère des Postes. Il n'en existe qu'un: celui du gouvernement.

Yoko Ono: Oui, bien sûr. Je suis sûre qu'il n'y a qu'un seul ministère des Postes.

Prabhupada: Vous ne pouvez pas créer votre ministère des Postes. Si un facteur dit: "J'appartiens à un autre ministère des Postes", vous savez aussitôt qu'il s'agit d'un imposteur.

Yoko Ono: Non, lui aussi dit que son ministère des Postes est le seul qui soit autorisé.

Prabhupada: Vous y êtes allés, mais il n'a pas su vous satisfaire; voilà pourquoi vous êtes ici maintenant. Vous devez donc expérimenter.

John Lennon: C'est ce que nous faisons. Nous faisons la tournée. En fait, Yoko n'a jamais rencontré Maharishi. Nous demandons conseil sur la façon de déterminer la vérité. Je connais des gens qui sont en quête de gurus et de maîtres depuis des années. Et cela leur réussit. Vous savez, nous ne pouvons pas juger qu'au niveau matériel en regardant vos disciples et ceux d'autres maîtres, puis en nous regardant nous-mêmes. Disons, sur trente disciples, sept semblent assez spirituels, dix semblent se débrouiller et les autres paraissent en difficulté. Nous devons continuer nos recherches jusqu'à ce que nous ayons trouvé ce qu'il y a de mieux.

Prabhupada: Essayez de comprendre le principe de l'autorité. Vous dites vouloir savoir comment déterminer qui fait l'autorité. La réponse: Krishna incarne la véritable autorité; cela ne fait aucun doute. Sinon, pourquoi commente-t'on le livre de Krishna (La Bhagavad-gita)? Cela prouve que Krishna est vraiment l'autorité en la matière. Même Sankarâchârya a écrit un commentaire sur la Bhagavad-gita. Connaissez-vous ce commentaire? Il y reconnaît que Krishna est Dieu, la Personne Suprême: "krishnas tu Bhagavan svayam." Il admet cette vérité. Vous disiez que Maharishi accepte Sankarâchârya, mais celui-ci reconnaît en Krishna le Seigneur Souverain.

George Harrison: Oui, mais c'est comme la Bible...

Prabhupada: Ne faites pas intervenir la Bible. C'est de Krishna dont il est ici question. [Rires] Essayez de comprendre que Krishna est l'autorité; tous le reconnaissent. Vous dites que Maharishi appartient à la succession disciplique de Shankarâchârya. Or, celui-ci considère Krishna non seulement comme une autorité, mais comme le Seigneur Suprême. Il le déclare en effet dans son commentaire sur la Gita: " Que tous offrent leur hommage à Krishna, le Dieu Suprême." Est une vraie autorité celui qui reconnaît en Krishna l'Être Suprême.

Yoko Ono: Qui a dit ça?

Prabhupada: Tous les grands maîtres spirituels: Shankaracharya, Ramanujacharya ... Tous les maîtres appartenant aux successions discipliques authentiques. Shankarâchârya admet: Krishnas tu Bhagavan svayam -Krishna est Dieu. Telles furent d'ailleurs ses dernières instructions à ses disciples:
 
bhaja govindam bhaja govindam
bhaja govindam mudha-mate
samprapte sannihite kale na hi
na hi raksati dukrñ-karane
 
"Intellectuels inrréfléchis, adorez donc Govinda (Krishna). Votre maîtrise de la grammaire et vos jongleries verbales ne vous sauveront point à l'instant de la mort."

Shankarâchârya leur dit donc: " A quoi jouez-vous? Cela ne sauraît vous sauver. Adorez simplement Krishna - bhaja govindam mûdha-mate. Devenez Ses dévots. Quand la mort viendra vous chercher, vos jongleries verbales et grammaticales ne pourront pas vous sauver. Mais Krishna Le peut. Bhaja govindam." Voilà ce que nous enseigne Sankarâchârya.
 
Yoko Ono: Mais chaque école en dit autant...

Prabhupada: Il ne saurait être question d'autres écoles. Lorsque Krishna est au centre, il ne peut être question de différentes écoles, mais seulement de l'école de Krishna.

 
KRISHNA SIGNIFIE "DIEU"

John Lennon: Le nom de Krishna signifie-t'il  "Dieu" ?

Prabhupada: Oui, Krishna signifie "Dieu" et Dieu signifie "Krishna".

John Lennon: La Bible et tous les livres sacrés parlent d'un seul Dieu. Il s'agit donc toujours du même Être Suprême. Pourquoi alors ne retrouve-t'on pas les mots Hare Krishna -ou quelque chose du genre -dans la Bible? C'est la seule autre Ecriture que je connaisse de par mon éducation.

Disciple: La Bible dit : "Louez le Seigneur avec chaque respiration; glorifiez-Le par le tambour et la flûte." (Psaumes)

John Lennon: Serait-il efficace de chanter : "Jésus, Jésus, Jésus" ?

Prabhupada: Jésus dit être le fils de Dieu; il n'est pas Dieu, mais bien le Fils de Dieu. Dans ce sens, il n'existe aucune différence entre le christianisme et la conscience de Krishna. Il n'y a pas d'antagonisme entre Dieu et le Fils de Dieu. Jésus dit d'aimer Dieu, et Krishna -Dieu - dit: "Aimez-Moi" Si vous dites "Aimez-moi" et votre femme : "Aimez mon mari". C'est du pareil au même.

Yoko Ono: Mais concernant la connaissance - cela m'inquiète un peu. S'il faut apprendre le sanskrit, si c'est la seule façon d'être éclairé, qu'adviendra-t'il de ceux ou celles qui ne sont pas aptes à maîtriser d'autres langues?

John Lennon: Il existe des traductions.

Prabhupada: En effet.

John Lennon: Il faut prendre le risque de lire une traduction de la Gita.

Prabhupada: Essayez de bien comprendre un point: si Krishna n'est pas l'autorité suprême, pourquoi tant d'auteurs traduisent-ils Son livre?

George Harrison: Je ne dis pas qu'Il n'est pas le Suprême. Personnellement je crois qu'Il l'est.

Prabhupada: Même Maharishi considère indirectement Krishna comme l'autorité suprême, puisqu'il appatient à la lignée de Sankharâchârya qui -nous l'avons vu-voit en Krishna l'Être souverain.

George Harrison: Le malentendu concerne la traduction de la Gita en sanskrit vers l'anglais. Je disais qu'il en existe plusieurs versions. Je crois que nous avions l'impression que vous disiez que votre version, votre traduction, était autorisée et que les autres ne l'étaient pas. Mais l'identité de Krishna ne nous posait aucun problème.

Prabhupada: Si vous croyez que Krishna est le Seigneur Suprême, vous devez ensuite voir qui se voue directement à Lui. Une personne chantera le nom de Krishna vingt-quatre heures par jour alors qu'une deuxième, qui ne parle jamais de Lui, prétendra en être le représentant. Comment peut-elle prétendre être Son dévot? Comment peut-elle dire qu'elle Le représente? Si Krishna est bel et bien l'autorité, vous ne devez alors accepter comme Ses représentants accrédités que ces personnes qui ont un attachement direct pour Lui.


 

Commenter cet article