Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par BBT

Le texte suivant est extrait du deuxième chant du Srimad Bhagavatam (2.7.26):

 

 
soleil-krishna1.png

 

bhūmeḥ suretara-varūtha-vimarditāyāḥ
 kleśa-vyayāya kalayā sita-kṛṣṇa-keśaḥ
jātaḥ kariṣyati janānupalakṣya-mārgaḥ
 karmāṇi cātma-mahimopanibandhanāni
 
bhūmeḥ — du monde entier; sura-itara — les êtres qui se sont détournés de Dieu; varūtha — soldats; vimarditāyāḥ — souffrant du fardeau; kleśa — souffrances; vyayāya — pour diminuer; kalayā — avec Son émanation plénière; sita-kṛṣṇa — non seulement merveilleux, mais également noir; keśaḥ — avec une telle chevelure; jātaḥ — ayant apparu; kariṣyati — agirait; jana — la masse des gens; anupalakṣya — rarement visible; mārgaḥ — voie; karmāṇi — actes; ca — aussi; ātma-mahimā — les gloires du Seigneur; upanibandhanāni — en relation avec.
 
TRADUCTION
 
Comme la Terre sentait peser le fardeau des forces militaires de rois athées, le Seigneur, pour la soulager, apparut accompagné de Son émanation plénière. Il vint dans Sa Forme originelle, à la merveilleuse chevelure noire, et afin de répandre Ses gloires absolues, Il Se fit l'auteur d'actes prodigieux. Nul, en vérité, ne saurait estimer Sa grandeur.
 
TENEUR ET PORTEE

 

Ce verset se rapporte à l'avènement de Sri Krsna et de Son émanation directe, Sri Baladeva. Tous deux ne représentent qu'une seule et même Personne Suprême et Absolue. De par Sa toute-puissance, le Seigneur Se multiplie en d'innombrables Formes et Energies, et avec elles constitue un ensemble parfait que l'on appelle le Brahman Suprême. Ces émanations du Seigneur se rangent en deux catégories: les émanations personnelles, ou visnu-tattvas, et les émanations distinctes, ou jiva-tattvas. Dans le cadre de ce déploiement de Formes multiples, Baladeva est la première émanation personnelle de Krsna, le Seigneur Suprême.

Le Visnu Purana ainsi que le Mahabharata mentionnent que Krsna et Baladeva ont tous deux de merveilleux cheveux noirs, qu'ils conservent même à un âge avancé. Le Seigneur est qualifié d'anupalaksya-margah, ou, selon une terminologie védique encore plus complexe, d'avan-manasa gocarah: Celui qui ne peut être en aucun cas perçu ou réalisé de par les sens limités des hommes du commun. Et c'est ce que confirme le Seigneur dans la Bhagavad-gita (7.25): naham prakasah sarvasya yogamaya-samavrtah. En d'autres mots, Il Se réserve le droit de ne Se révéler qu'à ceux qu'Il choisit. Seul un authentique bhakta sera donc à même de connaître Ses Attributs spécifiques, et parmi les innombrables traits caractéristiques du Seigneur, notre verset en mentionne un particulier: sita-krsna-kesah, Celui que l'on voit toujours paré d'une merveilleuse chevelure noire. Cette caractéristique propre au Seigneur Suprême s'applique aussi bien à Sri Krsna qu'à Sri Baladeva, si bien que même après de nombreuses années, tous deux conservent l'apparence de jeunes adolescents de seize ans. Comme l'enseigne la Brahma-samhita, bien qu'Il soit le plus ancien de tous les êtres, Il garde toujours la fraîcheur juvénile d'un jeune garçon. Telle est la nature du corps spirituel. La naissance, la maladie, la vieillesse et la mort constituent les caractéristiques propres au corps matériel, mais le corps spirituel, lui, se caractérise par l'absence de telles manifestations. Sur les Vaikunthalokas, les êtres distincts qui jouissent d'une vie éternelle et félicieuse possèdent tous un tel corps spirituel, sur lequel n'apparaît aucun signe de vieillesse. Corroborant la description que donne notre verset, le sixième Chant du Bhagavatam nous rapporte que les Visnudutas qui vinrent délivrer Ajamila des griffes des Yamadutas avaient l'aspect de jeunes garçons. Voilà donc qui confirme que le Corps spirituel du Seigneur et de ceux qui habitent les Vaikunthalokas n'ont absolument rien de commun avec les corps matériels de ce monde. Aussi, lorsque le Seigneur descend du monde spirituel dans l'univers matériel, Il apparaît dans Son Corps spirituel, Son Corps d'atma-maya -Sa puissance interne-, sans la moindre influence de bahiranga-maya, l'énergie matérielle, ou externe. Il est donc complètement absurde de prétendre que le brahman impersonnel revêt un corps de matière lorsqu'Il Se manifeste en ce monde. Enfin, le Seigneur n'est pas une personne matérielle, et, répétons-le, lorsqu'Il vient parmi nous, Il apparaît dans Son Corps spirituel. Le brahmajyoti impersonnel ne représente que la radiance qui émane du Corps du Seigneur; il n'existe donc aucune différence qualitative entre le Corps du Seigneur et Sa radiance impersonnelle, le brahmajyoti.

On peut maintenant se demander pourquoi le Seigneur, s'Il est tout-puissant, vient Lui-même soulager le monde du fardeau créé par les rois scélérats. Certes, le Seigneur n'est pas tenu d'apparaître en personne pour accomplir de tels desseins, mais s'Il vient ainsi révéler Ses Actes spirituels et absolus, c'est afin d'encourager Ses purs dévots, qui souhaitent jouir du bonheur de chanter Ses gloires. La Bhagavad-gita (9.13-14) enseigne que les mahatmas, les grands bhaktas, prennent plaisir à chanter les Actes du Seigneur, et toutes les Ecritures sont ainsi conçues pour attirer nos pensées vers le Seigneur et Ses Actes purement spirituels. En venant vivre parmi les hommes, Dieu permet donc à Ses purs dévots de s'entretenir de Sa Personne et de Ses Actes sublimes.

 

Commenter cet article