Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Livre de Krishna

 

Un jour, il se présenta devant la maison de Nanda Maharaja une marchande de fruits. Ayant entendu l'appel de la marchande, "Si vous voulez des fruits, venez à moi je vous prie", l'enfant Krsna S'empara aussitôt d'une poignée de grains et courut les échanger contre des fruits. En ces temps, le moyen habituel des échanges était le troc. Krsna avait dû voir Ses parents troquer des grains de céréales contre des fruits ou d'autres marchandises, et Il les imita. Mais Ses paumes étaient bien menues, et comme Il négligeait de les tenir fermement serrées, les grains tombèrent sur le chemin. La marchande vit le Seigneur et se trouva fascinée par Sa beauté extrême: elle accepta sans hésiter les quelques grains qui restaient encore dans le creux de Sa main et chargea l'Enfant de fruits. Mais quand il jeta de nouveau un regard sur son panier, celui-ci débordait de pierreries. Du Seigneur vient toute bénédiction; la moindre chose qu'on Lui offre ne va pas en vain: Il donnera en retour des millions de fois plus.

 

Extrait du "Livre de Krishna" chapitre 11

 

Commentaire

 

La vendeuse de fruits (qui appartenait à la communauté Pulinda – une des communautés aborigènes proche de Vraja) fut, dès qu’elle aperçut l’enfant Krishna, littéralement captivée par sa beauté, et dans un élan d’affection spontanée, décida, même si, manifestement, elle perdait au change (quelques grains de céréales), de remplir de fruits les mains du Seigneur. En échange de ce simple geste cette femme obtint tellement : des richesses, dont la plus grande d’entre toutes, Krishna-prema, la richesse de l’amour de Dieu (1).

 

Ce divertissement de Krishna est chargé de sens ; la moindre chose que l’on offre à Dieu ne va pas en vain : Il donne beaucoup plus en retour.

Mais aussi, pour que Krishna accepte ce qu’on Lui offre, un ingrédient immatériel et spirituel essentiel doit faire parti de l’offrande : l’amour.

C’est ce que confirme la Bhagavad-Gîtâ :

 

 Que l'on M'offre, avec amour et dévotion, une feuille, une fleur, un fruit, de l'eau, et cette offrande, Je l'accepterai.

              Bhagavad-gita 9.26

 

Dieu n’est certainement pas en manque de quoi que ce soit ; tout ce qui existe, en ce monde matériel, comme au-delà, émane de Lui. Tout ce qui existe en cet univers matériel résulte de la combinaison de deux sortes d’énergies , l’énergie matérielle et l’énergie spirituelle qui toutes deux proviennent de Lui.

 

Dieu se manifeste sous trois aspects : en tant que le brahman impersonnel, en tant que l’Âme Suprême, présent dans le cœur de chaque être vivant, et dans Son aspect ultime, comme Dieu, la Personne Suprême, Bhagavan Sri Krishna.

 

Ce terme de « Bhagavan » est significatif car il révèle que Dieu, la Personne Suprême possède à l’infini six attributs parfaits: la beauté, l’intelligence, la puissance, la richesse, la renommée et le renoncement.

 

Que peut-on offrir au Seigneur qu’Il ne possède déjà ? Que peut-on fair pour Lui plaire, Lui qui possède richesse et puissance au-delà de tout entendement ?

 

La position des entités vivantes par rapport à Dieu, la Personne Suprême est celles de jeunes enfants entièrement dépendants du père. Que peut offrir un jeune enfant à son père qu’il ne possède déjà ? Rien, c’est pourquoi ce n’est pas tellement ce que nous offrons à Krishna qui importe que l’amour et la dévotion que nous mettons dans cette offrande.

 

Tout comme un très jeune enfant qui s’empare de quelques pièces de monnaie que son père a laissé sur la table et cours maladroitement vers lui pour les lui offrir. Assurément, le père ne gagne rien par ce « don » mais comme il est touché par ce geste d’amour ! Et ce qu’il goûte à travers cette offrande c’est un échange d’amour avec son fils.

 

Bien que pour la plupart nous l’ayons oublié, nous sommes tous « les enfants de Dieu » et un lien très fort nous unit à Krishna.

 

La pratique du bhakti-yoga consiste à raviver cet amour endormi entre soi et l’Être Suprême. Même si nous, nous L’avons oublié, Krishna, Lui, ne nous a jamais oublié ; dans Sa bonté infinie, sous Sa forme de Paramâtma, Il nous a accompagné à travers nos misérables périgrinations : nos innombrables réincarnations au sein des 8 400 000 espèces d’entités vivantes durant des millions d’années dans l’univers matériel.

 

Krishna aussi de par Sa miséricorde immotivée envers nous les âmes conditionnées apparaît régulièrement dans cet univers matériel, soit dans Sa forme originelle de Krishna (comme il y a 5000 ans à Vrindavan), soit Sous la forme d’un de Ses nombreux avatârs  (le dernier avatâr de Krishna est venu il y a 500 ans au Bengal en tant que Chaitanya Mahaprabhu) ou même encore en envoyant un de Ses dévots intimes tel Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada .

 

Cela fait donc des millions d’années que nous nous sommes éloignés de Krishna et qu’en conséquence nous subissons le joug des morts et renaissances répétées. Nous avons durant ce temps, alors que nous étions plongés dans l’ignorance, tellement reçu de Dieu sans jamais rien Lui offrir. Le temps est venu de changer cette conscience matérielle égoiste en conscience de Krishna; d’offrir notre vie au service d’amour et de dévotion donné à Dieu (le bhakti-yoga).

 

Nous gagnerons tellement en retour : le pur amour de Dieu et la vie éternelle, remplie de connaissance et de félicité dans le monde spirituel où l’on peut contempler Krishna et Ses purs dévots, face à face. Tel est le trésor inestimable que le Seigneur est prêt à nous offrir. Il n’y a pas de plus grande richesse que celle-là et nous devrions être avides de l’obtenir .

lotus6.jpg

 

(1) D’après le commentaire de Visvanath Chakravarti sur ce divertissement.

Commenter cet article