Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Jagadananda das

 

On pense que le plus grand danger du surfer est d’être happé par un requin,  mais dans l’extrait suivant d’une conversation, Srila Prabhupada révèle qu’un danger encore bien plus grand guette le surfer...

 

Telle est sa maladie (au surfer): ahankāra-vimūdhātmā kartāham iti manyate [Bg. 3.27]. Cette crapule se trouve fourvoyée, vimūdhātmā, sous l’influence du faux égo (1). Tout comme nous invitons chacun : “ S’il vous plaît venez écouter la Bhagavad gita. ” - “ Comment ça ? La Bhagavad gita ?  Mieux vaut aller nager dans l’océan !”

Les surfeurs, ils se donnent tant de mal ! Des heures et des heures à lutter avec les vagues . Je ne les ai pas vu ici, à Hawaï,  mais je les ai vu en Afrique du sud. Ils sont tellement attachés à leur surf !

C’est ainsi qu’ils gâchent tellement de temps et peine autant;  tout cela pour devenir un poisson. Oui, ils deviendront poisson. Car à l’instant de la mort ils penseront : “Comme j’aime surfer sur les vagues ! ”. C’est naturel. Sadā tad-bhāva-bhāvitaḥ [Bg. 8.6]. Comme ils ont constamment pensé à surfer (durant leur vie), naturellement  ils penseront  au surf (au moment de la mort).

Une fois ce corps grossier parvenu à terme, leur mental, intelligence et faux ego (ndt: constituant le corps subtil .Le corps grossier et le corps subtil sont les deux constituants du corps matériel ) les emporteront vers un corps de poisson. Ils auront alors tout loisir comme un poisson le fait, de sauter dans les vagues de l’océan.
[Conversation dans le jardin: Los Angeles, 6 juin 1976]

divider

 (1) Srila Prabhupada fait ici référence, en relation avec les surfeurs,  à ce verset important de la Bhagavad gita  (BG 3.27) : Sous l'influence des trois gunas, l'âme égarée par le faux ego croit être l'auteur de ses actes, alors qu'en réalité, ils sont accomplis par la nature. “L’âme égarée par le faux égo croit être l’auteur de ses actes, alors qu’il sont accomplis par la nature” : en s’adonnant à leur passion et passe-temps favoris,  les surfeurs pensent exercer leur pleine liberté d’action et cela, pensent-ils, d’une des meilleurs façons qui soit, mais ce qu’ils ignorent est que tous les êtres vivants  dans ce monde matériel sont soumis aux lois strictes de la nature matérielle (imposées par les trois gunas), et qu’ainsi en utilisant leur forme humaine de façon inappropriée ( comme un poisson) ils seront forcés au moment de la mort,  par l’ordre de cette même nature et du Maître de la nature, Krishna, de revêtir un corps de poisson. Dans la teneur et portée de ce verset Srila Prabhupada élabore plus avant sur ce point:


 Le matérialiste reste persuadé, sous l'influence du faux ego, qu'il est la cause de tout ce qu'il accomplit. Ignorant que le mécanisme du corps est un produit de la nature matérielle, laquelle agit sous la direction du Seigneur Suprême, il ignore aussi qu'en dernier lieu, il est sous la domination de Krishna. Etre persuadé qu'il agit de son propre chef et en toute indépendance, c'est le signe de son ignorance. Il ne sait pas que son corps grossier de même que son corps subtil furent créés par la nature matérielle, sous la direction du Seigneur Suprême, et que, pour cette raison, toute activité physique et mentale doit être mise à Son service, dans la conscience de Krsna. Il oublie l'autre Nom de Krsna: Hrishikesa, le maître des sens; pendant trop longtemps, il a fait un mauvais usage de ses sens en cherchant sans cesse de nouveaux plaisirs; le voici maintenant égaré par son faux ego, oublieux, à cause de lui, de sa relation éternelle avec Krsna.

 

Commenter cet article

eric 24/07/2013 10:02


....... Ce qui ne les empêchera même pas de rencontrer un requin dans cette future vie :)  Hare Krishna