Srila Prabhupada

Rechercher sur le site :

 
recherche par freefind avancée

Amour, sexe et illusion

Le Karma, une justice infaillible

 

Publié par Livre de Krishna

 

Prayers-by-the-Demigods-for-Lord-Krsna-in-the-Womb

 

 

...Brahma et Siva, escortés de grands sages comme Narada et suivis de nombreux autres devas, entrèrent, invisibles, dans la maison de Kamsa. Tous adressèrent à Krishna, Dieu, la Personne Suprême, des prières choisies, qui sonnent doucement à l'oreille des bhaktas, qui comblent leurs désirs. Leurs premières paroles glorifiaient le Seigneur pour cela qu'Il tient toujours Ses promesses. Comme l'enseigne la Bhagavad-gita, Krsna descend en ce monde dans le seul but de protéger les hommes vertueux et d'anéantir les mécréants. Telle est Sa promesse. Or, les devas savaient que le Seigneur avait choisi d'habiter le sein de Devaki afin justement de tenir cette promesse. Les devas étaient fort heureux de savoir que le Seigneur apparaîtrait afin d'accomplir Sa mission, et s'adressèrent à Lui en le nommant satya para, la Vérité Suprême et Absolue.
 
Consciemment ou inconsciemment, tous recherchent la Vérité. Et de ceux qui le font en toute conscience, on dira que la philosophie est au fondement de leur existence. Les devas enseignent que la Vérité Suprême et Absolue est Krsna. Celui qui devient pleinement conscient de Krsna peut atteindre la Vérité Absolue, car Krsna et la Vérité Absolue ne font qu'Un. Une vérité relative ne peut demeurer vraie dans les trois phases du temps éternel. Le temps éternel a trois pôles: le passé, le présent et le futur. Or, que ce soit dans le passé, le présent ou le futur, Krsna reste la Vérité Absolue. L'Univers matériel tout entier est sous le contrôle du temps suprême, dans ses aspects de passé, présent et futur. Krsna, Lui, existe avant la création, au moment de la création, tout repose en Lui, quand la création prend fin, Lui seul demeure. Il est et reste donc la Vérité Absolue, de tout temps et en toutes circonstances. S'il existe en ce monde quelque vérité, elle émane certes de la Vérité Suprême, Sri Krsna. S'il existe en ce monde quelque opulence, quelque renom, quelque puissance, quelque sagesse ou quelqu'enseignement, Krsna en est certes la Cause. Krsna est donc la Source de toutes les vérités relatives.
 
L'Univers matériel se compose essentiellement de cinq éléments: la terre, l'eau, le feu, l'air et l'éther, et tous émanent de Krsna. Les hommes de science matérialistes soutiennent que ces cinq éléments primaires sont la cause de la manifestation matérielle, mais ils ignorent qu'à leur état grossier aussi bien que subtil, ces éléments tirent leur origine de Krsna. Les êtres vivants qui agissent dans le cadre de l'Univers matériel eux aussi émanent de Krsna, et appartiennent à Son énergie marginale. Le septième chapitre de la Bhagavad-gita dit clairement que les mondes matériels dans leur entier sont une combinaison des deux sortes d'énergies de Krsna, l'énergie supérieure et l'énergie inférieure. Les êtres vivants constituent l'énergie supérieure, et les éléments matériels inertes l'énergie inférieure. Enfin, à l'état non-manifesté, toutes choses demeurent en Krsna.
 
Les devas continuèrent d'offrir avec respect leurs prières à la Forme suprême de Dieu, Sri Krsna, en procédant à une étude analytique de la manifestation matérielle. Qu'est-ce que cette manifestation matérielle? Elle ressemble tout à fait à un arbre. Comme un arbre se tient sur le sol, l'arbre de la manifestation matérielle se tient sur le sol de la nature matérielle. On la compare à un arbre, car tout arbre finira par être abattu. En sanskrit, on désigne l'arbre du nom de vrksa. Or, vrksa signifie «ce qui finira par être abattu».C'est pourquoi on ne peut accepter cet arbre de la manifestation matérielle comme la Vérité ultime. La manifestation matérielle est sujette à l'influence du temps. Le Corps de Krsna est éternel. Krsna existait avant elle, Il existe pendant sa durée, et après elle, Il continuera d’exister.
 
La Katha Upanisad elle aussi donne l'image de l'arbre de la manifestation matérielle se tenant sur le sol de la nature matérielle. Cet arbre porte deux sortes de fruits: la joie et la peine. Sur lui sont perchés deux oiseaux. L'un d'eux, c'est le Paramatma, l'Ame Suprême «localisée», Krsna tel qu'Il est sis dans le coeur de chacun; l'autre, c'est l'âme distincte, l'être individuel. L'être distinct mord dans les fruits de la manifestation matérielle; parfois il goûte au fruit du bonheur, parfois à celui de l'angoisse, de la détresse. Le second, l'Ame Suprême, aucun des deux fruits ne l'attire, car il trouve en lui-même la satisfaction. La Katha Upanisad l'enseigne: l'un des oiseaux sur l'arbre du corps mange les fruits de l'arbre tandis que l'autre se contente de l'observer. Les racines de cet arbre s'étendent en trois directions. Ces racines, ce sont les trois gunas: Vertu, Passion et Ignorance. De même qu'un arbre grandit par la force de ses racines, l'être prolonge son séjour dans l'Univers matériel selon la force de son contact avec les trois gunas. Les fruits de l'arbre ont quatre saveurs: la piété, l'accumulation de biens, le plaisir des sens et la libération. Selon les contacts de l'être avec les gunas, il goûte à différentes sortes d'actes de piété, d'efforts d'enrichissement, de plaisir des sens, puis, en dernier lieu, de libération. Tout acte matériel est pratiquement accompli dans l'Ignorance, mais puisqu'il existe trois gunas, l'Ignorance parfois se couvre de Vertu ou encore de Passion. La saveur de ces fruits matériels est perçue à travers les cinq sens. Or, les cinq organes des sens par quoi est acquis le savoir sont exposés à six coups de fouet: l'affliction, l'illusion, l'infirmité, la mort, la faim et la soif. Le corps matériel s'étage en sept «strates»: la peau, les muscles, la chair, la moelle, les os, la graisse et la semence. On compte huit branches à l'arbre de la manifestation matérielle: la terre, l'eau, le feu, l'air, l'éther, le mental, l'intelligence et le faux ego. Le corps matériel s'ouvre par neuf portes: les deux yeux, les deux narines, les deux oreilles, la bouche, l'orifice génital et l'anus. Enfin, à l'intérieur du corps se trouvent dix sortes de souffles internes: le prana, l'apana, l'udana, le vyana, le samana, le naga, le krkara, le kurma, le devadatta et le dhananjaya.
 
La racine, la cause, de la manifestation matérielle ainsi décrite est Dieu, la Personne Suprême, qui Se multiplie et prend charge des trois gunas. Vishnu prend la charge de la Vertu, Brahma de la Passion et Siva de l'Ignorance. Brahma, par la Passion, met au jour cette manifestation; Visnu, par la Vertu, la maintient, et Siva, par l'Ignorance, la détruit. La création tout entière repose en dernier lieu dans le Seigneur Suprême, Cause ultime de la création, du maintien et de la destruction. Enfin, lorsque se trouve dissoute l'entière manifestation, elle repose dans le Corps du Seigneur Suprême, sous la forme subtile de Son énergie.
Voilà ce que chantèrent les devas, dans leurs prières: «Le Seigneur Suprême, Sri Krsna, maintenant apparaît pour que dure et se maintienne la manifestation cosmique». Il n'existe en vérité qu'une seule Cause suprême, mais égarés par l'influence des trois gunas, les hommes de moindre intelligence croient voir plusieurs causes à la manifestation de l'Univers matériel. Les hommes d'intelligence, eux, n'en voient qu'une: Krsna. Comme l'enseigne la Brahma-samhita: sarva karana karanam, Krsna, Dieu, la Personne Suprême, est la Cause de toutes les causes. Brahma est un être doté par Krsna du pouvoir d'assumer la création de l'univers matériel, Visnu est l'émanation de Krsna qui prend en charge le maintien de l'univers matériel, et Siva celle qui veille à la destruction de cet univers.
 
«0 cher Seigneur, continuèrent de prier les devas, il est bien difficile de comprendre Ta Forme véritable, éternelle, Ta Forme personnelle. Parce que la généralité des êtres s'en montre incapable, en Personne Tu descends sur ce monde pour montrer à tous Ta Forme, originelle et éternelle. Car si les hommes peuvent arriver à comprendre la nature de Tes diverses manifestations, nul d'entre eux n'accède à l'entendement de Ta Personne lorsque Tu Te présentes en Ta Forme éternelle de Krsna, à deux bras, et agissant au sein de la société des hommes comme si Tu lui appartenais. Cette Forme de Toi procure une félicité spirituelle sans cesse croissante à Tes dévots. Mais pour les abhaktas (non-dévots), cette même Forme est le péril majeur. Comme l'enseigne la Bhagavad-gita: paritranaya sadhunam, Krsna comble en tous points les sadhus. Mais pour les asuras, Krsna représente une grande menace, car c'est également pour les faire périr qu'Il descend en cet Univers. Il est donc à la fois Celui qui satisfait les bhaktas et Celui que craignent les asuras.
 
«Cher Seigneur, Toi aux yeux pareils-au-lotus, Tu es la Source même de la pure Vertu. Nombre de grands sages, par le seul samadhi, ou la profonde méditation sur Tes pieds pareils-au-lotus, par l'absorption en des pensées de Ta Personne, ont, avec aise, réduit l'océan ténébreux de la nature matérielle au peu d'eau que contient l'empreinte du sabot d'un veau». Le but de la méditation, c'est de concentrer le mental sur Dieu, la Personne Suprême, en partant de Ses pieds pareils-au-lotus. Par la simple méditation sur les pieds pareils-au lotus du Seigneur, de grands sages ont traversé sans déboires le vaste océan de l'existence matérielle.
 
«0 Toi qui n'as besoin d'aucune autre source de lumière sinon Toi-même, les grands saints qui ont traversé l'océan de l'ignorance sur la nef absolue de Tes pieds pareils-au-lotus ne l'ont pas gardée pour eux seuls, ne l'ont pas échouée sur l'autre rive. Elle demeure sur la rive d'ici». Les devas usent d'une fort belle image. Si, pour traverser une rivière, nous prenons un bateau, il faut bien qu'il nous garde en lui jusqu'à l'autre berge. Aussi, lorsque cette dernière est atteinte, comment le bateau pourrait-il encore accueillir des voyageurs là d'où il est parti? Les devas, dans leurs prières, répondent à cette question: les bhaktas qui demeurent encore sur la première rive peuvent toujours traverser l'océan de la nature matérielle, car ceux qui les précédèrent, les purs bhaktas, dans leur traversée, n'emportèrent pas avec eux le vaisseau. Qu'on l'approche simplement, en effet, et l'océan des ténèbres matérielles se réduit, toujours plus, jusqu'au volume que contient l'empreinte du sabot d'un veau. Nul besoin, donc, pour les bhaktas, de faire aller le vaisseau sur l'autre rive; il suffit alors qu'ils enjambent l'océan. Par la compassion des grands saints envers toutes les âmes conditionnées, le vaisseau demeure aux pieds pareils-au-lotus du Seigneur. On peut à tout moment méditer sur eux, et ainsi traverser le vaste océan de l'existence matérielle.
 
La méditation véritable, c'est la concentration du mental sur les pieds pareils-au-lotus du Seigneur. Lorsque nous parlons de pieds pareils-au-lotus, il faut entendre les pieds de Dieu, la Personne Suprême. Les impersonnalistes refusent d'accepter l'existence des pieds pareils-au-lotus du Seigneur, et doivent donc, pour leur méditation se choisir quelqu'autre objet, cette fois impersonnel. Les devas expriment leur verdict final: ceux qu'intéresse la méditation sur le vide ou l'impersonnel ne peuvent traverser l'océan des ténèbres de l'ignorance. Pour de tels êtres, il n'est d'autre libération qu'imaginaire, que rêvée. «0 Seigneur aux yeux pareils-au-lotus! Souillée est leur intelligence, car ils manquent de méditer sur Tes pieds pareils-au-lotus». Ainsi, pour avoir négligé le Seigneur, les impersonnalistes, même s'ils ont pu s'élever au niveau d'une réalisation impersonnelle de la Vérité Absolue, doivent à nouveau choir dans les voies conditionnées de l'existence matérielle. Après avoir accompli nombre de sévères austérités, ils se fondent dans la radiance du Brahman impersonnel. Mais leur mental n'est pas affranchi de la souillure matérielle; ils n'ont fait que nier leurs pensées matérielles, et cette négation n'a pu leur conférer la libération. Ainsi, à nouveau, ils doivent choir dans l'existence matérielle.
 
Il est dit dans la Bhagavad-gita que les impersonnalistes doivent, pour réaliser le but ultime, passer par des épreuves sans nombre. Il est également enseigné, au début du Srimad-Bhagavatam, qu'hors du service de dévotion offert au Seigneur, nul ne peut s'affranchir des liens du karma. Le même fait est donc souligné par Sri Krsna dans la Bhagavad-gita, par le grand sage Narada dans le Srimad-Bhagavatam, et ici par les devas: «Des hommes qui n'adoptent pas le service de dévotion, on dit qu'ils ont manqué le but du savoir et ne peuvent connaître les faveurs de Ta grâce». Les impersonnalistes imaginent seulement avoir atteint la libération; en vérité, ils n'éprouvent aucun sentiment pour Dieu, la Personne Suprême. Ils croient que lorsque Krsna descend en ce monde, c'est revêtu d'un corps matériel. Voilà pourquoi ils ne voient pas Son Corps spirituel et absolu, ce que confirme la Bhagavad-gita: avajananti mam mudhah, même s'ils ont dominé la concupiscence, ou se sont élevés au niveau de la libération, les impersonnalistes doivent à nouveau choir dans l'Univers matériel. S'ils se contentent d'accumuler le savoir pour l'amour du savoir et n'adoptent pas le service de dévotion, jamais ils ne pourront toucher au but. Ils ne récoltent pour fruits que les tourments de leurs efforts. La Bhagavad-gita enseigne clairement que s'identifier au Brahman impersonnel ne saurait constituer une fin en soi.
 
L'identification au Brahman pourra apporter la joie, l'affranchissement des attaches matérielles, un développement de l'égalité d'âme; mais il faudra ensuite adopter le service de dévotion. Le sage qui l'adopte après avoir atteint la réalisation du Brahman pourra entrer dans le Royaume spirituel pour vivre éternellement en compagnie de Dieu, la Personne Suprême. Tels sont les fruits du service de dévotion. Les dévots du Seigneur n'ont jamais à choir comme les impersonnalistes. Et même s'il arrive qu'un bhakta s'écarte de la voie, il demeure attaché à son Seigneur par les liens de l'affection. Toutes sortes d'obstacles peuvent se dresser sur la voie du service de dévotion; mais libres, sans crainte, les dévots du Seigneur les surpasseront. Parce qu'ils se sont abandonnés à Lui, ils ont la certitude que Krsna les protègera toujours. Krsna le promet d'ailleurs dans la Bhagavad-gita: «Jamais Mon dévot ne périra». Cher Seigneur, voilà que Tu es apparu dans Ta Forme originelle, pure, d'éternelle vertu, pour le bienfait de tous les êtres vivants de ce monde. Par l'occasion de Ton Avènement, tous peuvent aujourd'hui, sans mal, comprendre la nature et la Forme qui sont Tiennes, Toi, Dieu, la Personne Suprême. Les membres des quatre ashramas -les brahmacaris, les grhasthas, les vanaprasthas et les sannyasis- tous peuvent bénéficier de Ton Avènement.
 
«Cher Seigneur, Epoux de la déesse de la fortune, les bhaktas qui s'absorbent en Ton service ne choient jamais comme les impersonnalistes du haut lieu qu'ils ont atteint. Sous Ta protection, les bhaktas sont à même d'enjamber les têtes de tous les agents de mâyâ, qui toujours s'affairent à dresser, sur la voie de la libération, d'imposants obstacles. Cher Seigneur, Tu apparais en Ta Forme spirituelle pour le bien des êtres vivants, pour qu'ils puissent Te voir face à face et T'offrir adoration et sacrifices en exécutant les rites prescrits dans les Vedas, en pratiquant la méditation mystique et le service de dévotion tel que le préconisent les Ecritures. Cher Seigneur, si Tu n'apparaissais point en Ta Forme éternelle et absolue, toute de connaissance et de félicité, avec le pouvoir de dissiper toutes les conjectures de l'ignorance sur Toi, si Tu n'apparaissais pas ainsi, Seigneur, chacun s'enfermerait, selon les gunas qui l'influencent, dans son rêve difforme sur Ta Personne».
 
L'Apparition de Krsna met un terme à toutes les «iconologies» dont les auteurs entreprennent d'élucubrer sur la Forme de Dieu, la Personne Suprême. Chacun se fait une idée de la Forme de Dieu selon le guna qui l'influence. La Brahma-samhita enseigne que Dieu est la Personne originelle, l'Ancêtre de tout. On trouve donc des esprits religieux qui, imaginant Dieu fort âgé, Le représentent tel un vieillard. Mais la même Brahma-samhita dit encore: bien qu'Il soit le plus ancien de tous les êtres, Sa Forme éternelle garde toujours fraîcheur et jeunesse. Les mots exacts dont use à ce propos le Srimad-Bhagavatam sont vijnanam ajnananabhid apamarjanam. Le vijnana (se prononce viguiâna), c'est le savoir absolu de la Personne Suprême, mais aussi le savoir réalisé. Le savoir spirituel et absolu doit être reçu par un processus descendant, à travers une succession de maîtres, de la façon dont Brahma transmet, dans sa Brahma-samhita, la connaissance de Krsna.
 
La Brahma-samhita relève du vijnana, car elle est le fruit de la réalisation de Brahma lors de son expérience spirituelle. C'est après les avoir réalisés dans la pratique que Brahma présenta la Forme et les Divertissements de Krsna en Sa Demeure absolue. Le terme sanskrit ajnanabhid désigne «ce qui peut rivaliser avec toutes les formes de spéculation intellectuelle». Enfermés dans leur ignorance, les hommes sont réduits à imaginer la Forme de Dieu. Parfois même, ils Le conçoivent sans forme, quand l'imagination leur dicte le sans-forme. Mais la présentation que donne de Krsna la Brahma-samhita est qualifiée de vijnana, elle relève d'un savoir scientifique, fruit de l'expérience de Brahma, reconnue en outre par Sri Chaitanya Mahaprabhu. On ne saurait en douter. La Forme de Sri Krsna, Sa flûte, Son teint, -tout est pure réalité. Il est dit ici que ce vijnana met en échec les miroitements du savoir spéculatif, sous toutes ses facettes. «Aussi, poursuivirent les devas, si Tu n'apparaissais pas en tant que Krsna, tel que Tu es, ni l'ajnanabhid ni le vijnana ne verraient le jour. Ajnanabhid apamarjanam: à Ton Apparition, le savoir spéculatif, ténébreux, est forcé de se dissiper, et le savoir véritable, fruit de l'expérience vécue par les autorités spirituelles comme Brahmaji, est établi. Les hommes soumis à l'influence des trois gunas créent de toutes pièces leur propre Dieu, selon les gunas spécifiques dont ils sont la proie. Nombreuses sont les formes sous lesquelles on a présenté Dieu, mais Ton Apparition établira la véritable».
 
L'erreur la plus grossière dont se rendent coupables les impersonnalistes est certes de croire que lorsque Dieu descend en cet Univers, Il revêt une forme relevant peut-être de la Vertu, mais toujours matérielle. En vérité, la Forme de Krsna, de Narayana, Se situe au-delà de tout concept matériel. Même le plus grand des impersonnalistes, Sankaracharya, bien que soutenant que la création matérielle a pour cause la manifestation impersonnelle, avyakta, de la matière, ou la matière dans son entier à l'état non-manifesté, dut admettre que Krsna, Narayana, est au-delà de cette création matérielle (narayananah paro vyaktat). Afin de définir cette position du Seigneur, le Srimad-Bhagavatam use des mots suddha-sattva, ou au-delà de la matière. Krsna n'est pas plus soumis à la Vertu qu'à la Passion ou l'Ignorance; Il les transcende toutes. Il appartient au niveau spirituel et absolu, tout de félicité et de connaissance.
 
«Cher Seigneur, lorsque Tu apparais dans cet Univers sous la forme de différents avatâras, Tu portes différents Noms, Tu prends différentes Formes, selon la diversité des circonstances. On T'appelle Krsna parce que Tu es infiniment fascinant, et Syamasundara en raison de Ta beauté toute spirituelle. Syama signifie noirâtre; il est dit cependant que Ta beauté dépasse celle de milliers de Kandarpas . Kandarpa koti-kamaniya: Ta carnation est celle d'une nuée d'orage, mais parce qu'elle est la beauté de l'Absolu, elle fascine bien plus que celle, délicate, de Kandarpa. On T'appelle parfois Giridhari, car Tu soulevas la colline Govardhana. Et encore Nanda-nandana, ou Vasudeva, ou Devaki-nandana, car Tu apparais en tant que Fils de Maharaja Nanda, de Vasudeva ou de Devaki. Les impersonnalistes croient que Tes nombreux Noms, Tes nombreuses Formes, recouvrent chacun des actes, des attributs matériels; mais c'est parce qu'ils Te voient d'un oeil matériel.
 
«Cher Seigneur, l'accès à l'entendement de Ta Personne ne réside point en l'étude spéculative de Ta nature, de Ta Forme et de Tes Actes absolus. On ne pourra comprendre Ta nature absolue, Ta Forme sublime, Ton Nom et Tes Attributs qu'à travers le service de dévotion. En vérité, seul celui qui désire, fût-ce seulement quelque peu, servir Tes pieds pareils-au-lotus peut comprendre Ta nature, Ta Forme, Tes qualités absolues. Les autres auront beau, pendant des milliers d'années, se livrer à des conjectures sur Ta Personne, jamais ils ne pourront saisir la moindre lueur de Ta nature véritable». En d'autres mots, Dieu, la Personne Suprême, Sri Krsna, ne peut être compris par les abhaktas, pour qui Ses véritables aspects se trouvent voilés par la yoga-maya. Et Krsna, dans la Bhagavad-gita, le confirme: naham prakasah sarvasya, Je ne Me montre pas à tous et à chacun. Krsna est descendu sur Terre en Personne, et tout le monde a pu Le voir, sur le champ de bataille de Kuruksetra. Tous, cependant, n'ont pu comprendre qu'Il était Dieu. Mais tous les guerriers qui moururent en Sa présence trouvèrent une libération totale de l'existence matérielle et rejoignirent le monde spirituel.
 
«0 Seigneur, les impersonnalistes et les abhaktas ne peuvent concevoir que Ton Nom ne diffère en rien de Ta Forme». Parce que le Seigneur est absolu, Il n'existe aucune différence entre Son Nom et Sa Forme véritable. En ce monde, le nom diffère de la forme. La mangue, le fruit, diffère du mot qui la désigne. On ne peut savourer la mangue en faisant vibrer sur les lèvres: «Une mangue, une mangue, une mangue». Mais le bhakta qui sait qu'aucune différence n'existe entre le Nom et la Forme du Seigneur chante et récite le mantra Hare Krsna: Hare Krsna, Hare Krsna, Krsna Krsna, Hare Hare / Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare, et réalise ainsi la présence permanente à ses côtés de Krsna.
 
Pour ceux à qui manque un grand savoir spirituel, Sri Krsna déploie Ses Divertissements absolus. Par le simple acte de penser à ces Divertissements, ils reçoivent le plus haut bienfait. De même qu'il n'existe aucune différence entre le Nom et la Forme absolus du Seigneur, aucune différence ne sépare Ses Divertissements absolus de Sa Forme. Pour les êtres humains de moindre intelligence, tel les femmes, les sudras et les vaisyas, le grand sage Vyasadeva écrivit le Mahabharata, où Krsna Se manifeste à travers Ses différentes Activités. Le Mahabharata se présente sous forme de Récits historiques. Par l'acte simple d'étudier, d'écouter, de garder à l'esprit les Activités absolues de Krsna qu'il rapporte, les hommes de moindre intelligence pourront progressivement s'élever au niveau des purs bhaktas.
 
De ces purs bhaktas, qui toujours s'absorbent en la pensée des pieds pareils-au-lotus de Krsna et constamment servent le Seigneur avec amour et dévotion, en pleine conscience de Krsna, on ne doit jamais croire qu'ils vivent dans le monde matériel. Sri Rupa Gosvami dit que ceux qui restent toujours engagés dans la Conscience de Krsna, par le corps, le mental et les actes, doivent être tenus pour libérés, même s'ils habitent encore un corps de matière. Ce que corrobore la Bhagavad-gita: ceux qui servent le Seigneur avec amour et dévotion ont déjà transcendé le niveau matériel.
 
Krsna apparaît en ce monde pour offrir aux bhaktas comme aux abhaktas l'occasion de réaliser le but ultime de l'existence. Les bhaktas peuvent alors directement Le voir et L'adorer; ceux qui ne se situent pas encore à ce niveau obtiennent de s'y élever en se familiarisant avec Ses Actes, Ses Divertissements.
 
«0 Seigneur, poursuivirent les devas, parce que Tu es non né, nous ne voyons d'autre cause à Ton Apparition que Ton désir de prendre plaisir à Tes Divertissements». La Bhagavad-gita enseigne que le Seigneur descend en ce monde afin d'assurer la protection de Ses dévots et la destruction des abhaktas, mais s'Il apparaît, c'est plus pour prendre du plaisir avec les bhaktas que pour supprimer les abhaktas. En effet, la nature matérielle à elle seule peut se charger de cette annihilation. «C'est automatiquement que se déroulent les mouvements de l'énergie externe (la création, le maintien et la destruction). Et pour ce qui est de Tes dévots, ils reçoivent toute protection simplement en prenant refuge en Ton Saint Nom, car ce Nom ne diffère en rien de Ta Personne». Ainsi, lorsque Dieu, la Personne Suprême, descend en ce monde, il ne Lui faut pas vraiment protéger les bhaktas et annihiler les abhaktas, mais Il S'y livre pour Son plaisir spirituel. Nulle autre raison, donc, à Son Apparition.
 
«Cher Seigneur, Tu apparais maintenant comme le meilleur des membres de la dynastie Yadu, et nous déposons humblement, à Tes pieds pareils-au-lotus, notre hommage respectueux. Avant d'ainsi paraître, Tu Te manifestas déjà en ce monde en tant que l'avatara-Poisson (matsya), l'avatara-Cheval, l'avatara-Tortue(Kurma), l'avatara-Cygne, le roi Ramacandra, Parasurama, et tant d'autres. Tu apparus ainsi à seule fin de protéger Tes dévots, et nous T'implorons, Toi, Dieu, la Personne Suprême, qui aujourd'hui descends dans Ta Forme originelle, de nous accorder cette même protection, de par les trois mondes, et d'abattre tout obstacle qui se dresse contre le déroulement paisible de notre existence.
 
«0 Mère Devaki, en ton sein Se touve Dieu, la Personne Suprême, qui maintenant va Se manifester entouré de toutes Ses émanations plénières. Il est le Seigneur Suprême dans Sa Forme originelle, apparaissant pour notre bien. N'aie donc nulle crainte de ton frère, le roi de la dynastie Bhoja. Ton Fils, Sri Krsna, nul autre que la Personne Suprême et originelle, va paraître, et protègera la vertueuse dynastie des Yadus. Il n'apparaîtra pas seul: L'accompagnera Son émanation plénière la plus directe, Balarama».
 
Devaki avait grand peur de son frère Kamsa, qui avait déjà tué tant de ses enfants. Et elle demeurait rongée par l'angoisse: Krsna vivrait-Il? Le Visnu Purana nous apprend qu'afin de réconforter Devaki, tous les devas, avec leurs épouses, lui rendaient constamment visite et l'encourageaient à ne pas laisser la peur s'emparer d'elle. Krsna, dans le sein de Devaki, allait apparaître non seulement pour soulager le monde de son fardeau, mais aussi, et surtout, pour défendre l'intérêt de la dynastie Yadu et, certes, protéger Devaki et Vasudeva.
 
Krsna-b--b--.JPG
 
 Extraits du deuxième chapitre du Livre de Krishna, intitulé: «Prières des devas à Sri Krsna dans le sein de Sa mère».

Commenter cet article